Aller au contenu principal

« Un export puissant permet de pérenniser le modèle alimentaire français »

Le Collectif export et souveraineté alimentaire veut dynamiser les exportations dans le but de garantir la souveraineté alimentaire des Français.  

Exportations
Lancementdu collectif export et souveraineté alimentaire
© Image générée par l'intelligence artificielle

Le Collectif export et souveraineté alimentaire composé de l’Ania, l’Anivin de France, l’APCA, le CNIPT, la CNMCCA, la FNSEA, Inaporc, Interbev, Intercéréales, Interfel, la Coopération agricole et le MEDEF et lancé à l’initiative du Centre national pour la promotion des produits agricoles et alimentaires (CNPA) a été présenté mardi 6 février lors d’une conférence de presse à Paris.  Son but ? « Alerter sur le déclin des capacités exportatrices de la France et défendre un export puissant, qui permet de pérenniser le modèle alimentaire français au service de la filière, des consommateurs et de la souveraineté alimentaire de notre pays », s’est réjoui Jérôme Despey, président du CNPA, à l’initiative du Collectif.  

Evolution de la balance commerciale agricole et agroalimentaire française

« Pour la première fois en 2023 l’évolution de la balance commerciale en volume et en valeur est négative sur 12 mois. Seuls les vins et spiritueux, céréales et lait sont des secteurs dynamiques et compétitifs », s'est désolé le président du CNPA.

Lire aussi : Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité 

L’alimentaire français ne bénéficie pas de la demande mondiale 

D’après Nicolas Bouzou, économiste et fondateur du cabinet Asterès qui a mené une étude à la demande du Collectif, « les parts de marché françaises à l’export sont en baisse, passant de 5,7% en 2010 à 4,5% en 2022. Les filières alimentaires ne bénéficient pas de la croissance du commerce mondial des produits alimentaire qui a été multipliée par deux depuis 2004. La France recule sur la liste des principaux exportateurs alimentaires mondiaux pour se situer en 2022 à la sixième place ».  

Lire aussi : 5 jalons sur la piste de l’export 

Nicolas Bouzou explique la baisse des exportations par le coût du travail élevé en France, la surtransposition réglementaire et la taille des exploitations françaises inférieure à celles des autres pays.  

« Le déclin de nos performances à l’export a un impact direct et désastreux »

D'autre part, « le déclin de nos performances à l’export a un impact direct et désastreux sur une filière alimentaire déjà fragilisée, sur les consommateurs français, sur notre économie, sur nos territoires et in fine, sur notre souveraineté alimentaire », a ajouté l’économiste. « Si la filière arrivait à augmenter sa production pour rattraper les parts de marchés perdues à l’export depuis 2010, elle bénéficierait d’un gain de 24 milliards d’euros d’activité supplémentaire par an », d’après un des scénarios de l’étude.  

Lire aussi : Agroalimentaire : découvrir les ficelles et nacelles de l’export 

Pour la viande, l’enjeu de l’équilibre carcasse 

 « La viande est une filière de désassemblage. Les coproduits ont une valeur noble, ce ne sont pas des sous-produits. Ils mettent en valeur la richesse de ce que l’on sait produire », a mentionné Philippe Dumas  d’Interbev.  

Lire aussi : Brexit : 3 ans après, parcours d’obstacle pour les produits frais Français    

« L’ouverture de nouveaux débouchés à l’export permet de valoriser l’ensemble de la production » 

L’un des enjeux de l’export est de parvenir à l’équilibre carcasse. « L’ouverture de nouveaux débouchés à l’export est une source de revenus essentielle pour tous les acteurs de la filière qui leur permet de valoriser l’ensemble de leur production, dont les coproduits », a noté Jérôme Despey.  « Le maintien des capacités de production sur le sol français et l’amélioration de la compétitivité à l’export permet aussi de mieux satisfaire la demande des consommateurs français, et de répondre à l’accroissement de la demande mondiale, ce qui est un atout majeur pour l’influence de la France sur la scène internationale», a complété le président du CNPA.

Chasser en meute, comme les Italiens 

 « La publication de cette étude marque le lancement d’une grande campagne de mobilisation, nationale et locale, pour la maîtrise de notre destin alimentaire », a indiqué Jérôme Despey. Il veut rassembler le maximum d’acteurs « économiques, responsables institutionnels locaux et nationaux, consommateurs et citoyens avec une ambition : donner un nouvel élan aux exportations agricoles et agroalimentaires ». Le Collectif en appel au soutien de l’Etat pour mener cette « démarche offensive ». « L’Italie est plus représentée que la France au Sial », a constaté amèrement Jean-Paul Torris, premier vice-président de l’Ania. Pour y parvenir, « il faut que la France admette que nous sommes un secteur prioritaire », a assèné le vice-président.  

Lire aussi : Entreprises de l'agroalimentaire, en quoi le nouveau plan export peut vous aider ? 

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio