Aller au contenu principal

Lait : 4 raisons d’attendre une reprise de la collecte en 2024

Après avoir reculé en 2023, la collecte de lait de vache conventionnel en France pourrait se reprendre en 2024.

camion de collecte de lait en laiteries
Si la collecte laitière a baissé l'an dernier, elle pourrait se reprendre au premier trimestre
© Virginie Pinson

Mis à jour le 20/03 avec précisions sur le prix du lait

La collecte de lait de vache a atteint 22,732 milliards de litres en France en 2023, selon les données Agreste. C’est 2,7 % de moins qu’en 2022. Les intempéries, canicule en septembre et fortes pluies en octobre et novembre, ont lourdement affecté la productivité des vaches, récapitule l’Institut de l’élevage. Si en janvier le recul était encore de 1 %, en lien avec les chutes de neige qui ont limité la collecte notamment, « les prochains mois apparaissent plus opportuns pour la production de lait » écrit l’Idele dans sa note mensuelle, détaillant quatre facteurs favorables.

Lire aussi : « Le marché des AOP laitières est solide, grâce à notre cadre collectif »

  1. La décapitalisation du cheptel laitier ralentit

Le nombre de vaches laitières recule de 1,6 % en janvier 2024 par rapport à janvier 2023. C’est une baisse qui ralentit puisque ce recul annuel était de 2,5 % en mai dernier. Les éleveurs gardent davantage leurs vaches, et le déclin du cheptel de génisses ralentit.

  1. Le prix du lait progresse légèrement

L’an dernier, le prix du lait, a, en moyenne, progressé de 5,7 % par rapport à son niveau de 2022. En janvier, et février, les prix du lait progresseraient légèrement « +2 à +5 €/1 000 l » calcule l’Idele, qui compare aux mois précédents. Néanmoins sur un an la tendance est à la baisse.

  1. Pas d’inquiétude immédiate sur les fourrages

Le prix des aliments des vaches a reculé l’an dernier, permettant aux éleveurs d’avoir davantage recours aux concentrés. Ainsi, « la production d’aliments composés pour bovins lait a progressé en 2023 (+1,2% /2022) avec une hausse marquée en novembre (+7,4% /2022) » nous informe l’Idele. Qualité et quantité des fourrages stockés sont jugés correctes pour la période.

  1. La consommation de produits laitiers résiste

Contrairement à la viande, la consommation de produits laitiers résiste assez bien à l’inflation. Fromages, crème, yaourt voient leurs volumes progresser l’an dernier. Cette bonne santé des ventes de produits laitiers incite les laiteries à montrer « de la flexibilité quant aux volumes produits » termine l’Idele.

Deux inconnues qui pèsent sur les prédictions : Incertitude qui pèse toujours plus lourd chaque année, le climat, qui pourrait à plus long terme de nouveau miner la production de lait. Autre nuage à l’horizon, la MHE. .« Parmi les vaches dont la production laitière a été sévèrement impactée par l’infection, deux tiers ont des difficultés à retrouver leur niveau de production d’avant maladie » explique un vétérinaire espagnol à nos consœurs de Réussir Lait

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio