Aller au contenu principal

« Le marché des AOP laitières est solide, grâce à notre cadre collectif »

Touchées par l’inflation et le changement climatiques, les AOP laitières n’en restent pas moins combatives. Au Salon du Fromage, le Cnaol brosse le tableau des difficultés de la filière mais se projette, cherchant à renforcer l'attractivité des AOP, qui se veulent plus durables. 

En libre service, les ventes de fromages AOP résistent mieux qu'au rayon à la coupe.
© Virginie Pinson

« Les volumes vendus de produits laitiers sous AOP ont reculé en 2022, entre le choc de l’inflation et les perturbations liées au changement climatique, mais il ne faut pas occulter la belle progression sur 10 ans », relativise Romain Le Texier, directeur d’études économiques du CNIEL. 

 Tonnages commercialisés en 2022Variation sur 1 ansVariation sur 10 ans
Fromages206 838 t-2%9%
Beurres38 836 t-2%19%
Crèmes8 102 t-4%67%

Les marges de la distribution plus fortes sur les produits AOP

Le prix moyen d’achat des fromages AOP a progressé de 15 % en deux ans, « c’est moins que les fromages non-AOP, dont les prix ont progressé de 21 %, mais en valeur absolue, le prix des portions de 500 g de certains fromages atteint des niveaux qui pèsent sur les actes d’achat » constate le directeur d’étude. En effet, le prix moyen des fromages AOP s’affichait à 17,7 €/kg en 2022 contre 11,1 €/kg pour les fromages non-AOP. « Nous sommes pénalisés par les marges des distributeurs, qu’ils calculent en pourcentage et sont donc plus élevées en valeur absolue sur les AOP », regrette Sébastien Breton, délégué général du Cnaol, organisme qui regroupe les 51 AOP laitières françaises. A noter que contrairement au bio, les fromages AOP n’ont pas connu de chute des assortiments « il n’y a pas de suroffre au rayon fromage », explique Sébastien Breton.

 « Nous sommes pénalisés par les marges des distributeurs »

Tous les foyers consomment des produits laitiers AOP

95 % des foyers français ont acheté de l’AOP en 2023, selon une étude Kantar relayée par le Cniel. Les hypers et supermarchés restent les lieux privilégiés d’achat, mais les AOP sont représentées dans une grande diversité de circuits, allant du discount à la fromagerie. Les plus gros acheteurs d’AOP sont les ménages de plus de 65 ans, aisés, les foyers de 1 à 2 personnes, surtout en centre-Est et région parisienne. A noter une forte proportion de « consom’acteurs ». « Même si le pouvoir d’achat est la clé, on remarque que même les foyers modestes sont près de 90 % à avoir acheté des AOP en 2023, mais moins souvent et sur des volumes moins importants que les ménages plus aisés », explique Romain Le Texier. 

Lire aussi : Logo Origine France : « C’est difficile à entendre » pour les AOP laitières

« La vente directe se maintient bien en revanche », nuance Sébastien Breton.

Lire aussi : Les produits laitiers AOP et le bio face à l'inflation

Une production en AOP contrôlée, pour limiter les déséquilibres

Si les volumes commercialisés en AOP ont reculé en 2022, et probablement en 2023, il n’y a pourtant pas de phénomène de stocks. « Le marché des AOP laitières est solide, grâce à notre cadre collectif », justifie le délégué général du Cnaol. En effet, les AOP disposent des outils économiques que sont l’observatoire de marché et les règles de régulation de l’offre. « Une dizaine d’appellations les utilise. Par exemple le reblochon, un fromage d’affinage court et dont la consommation est très sensible à la météo. Au printemps, pour limiter l’écart offre demande, les volumes sont définis pour chaque opérateur » détaille Sébastien Breton. C’est d’ailleurs le choix qu’a fait le Comté, qui a diminué les droits à produire sur la campagne 2023/2024. « C’est vertueux, il n’y a pas de surstocks, ni de promotions qui dégradent la chaîne de valeur » assène le délégué du Cnaol.

Lire aussi : Fromage AOP Abondance, les producteurs ont dû adapter leurs prix

Le dérèglement climatique pèse sur certains fromages AOP

Autre facteur de réduction de l’offre, le dérèglement climatique. Ainsi, on observe qu’en décembre 2023, 15,3 % du lait de vache collecté en France était sous AOP/IGP contre 17 % un an plus tôt et 16,1 deux ans auparavant, selon les données d’Agreste. « Cette baisse s’explique par le changement climatique. Les sécheresses successives, surtout dans le Massif Central. Or les fourrages doivent venir de l’aire de production de l’AOP, donc, malgré les systèmes dérogatoires, la production a baissé, c’est notamment le cas en AOP Salers », nous éclaire Sébastien Breton, rassurant, « la production peut rapidement rebondir si les conditions sont favorables ». 

« La diversité des AOP a son importance, c’est une part du patrimoine qui est en danger »

Les petites AOP confrontées à des coûts de certifications prohibitifs

Le Cnaol attire l’attention sur l’inflation des coûts de certification, qui ont bondi de 20 à 30 % l’an dernier. « Ces coûts sont extrêmement variables, de 5 € à 300 €/t, et les petites AOP, isolées, avec des volumes limités comme le Banon et le Chevrotin en souffrent », continue Sébastien Breton ; appuyant, « La diversité des AOP a son importance, c’est une part du patrimoine qui est en danger ». Le Cnaol demande à l’état des procédures de simplification pour ces cas, d’autant plus « qu’on constate rarement d’infractions chez ces petites producteurs fermiers ou artisans », conclut le délégué général. 

Le rayon coupe, un levier pour les AOP

Le rayon à la coupe pèse pour 38 % des volumes de fromages AOP dans la grande distribution (contre 14 % pour le total des fromages). Or ce rayon va mal ; ses volumes ont chuté de 15,1 % en deux ans, c’est la pire performance après la poissonnerie (-16,9 %), devant la viande (-9,7 %). « Pour le consommateur, ce rayon est perçu comme onéreux. Pour les magasins, il y a l’enjeu de la main d’œuvre », résume Sébastien Breton. Mais ce rayon est aussi riche de potentiel. « On a des solutions, notre organisation veut pouvoir proposer aux distributeurs la formation du personnel, pour rendre son attractivité au rayon coupe » termine Hubert Dubien, président du Cnaol.

Lire aussi : Les AOP laitières, toujours prisées, demandent à évoluer

 

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio