Aller au contenu principal

Intrants
Guerre en Ukraine : vers un nouveau bond des coûts de production des filières animales ?

La Russie et l’Ukraine sont des fournisseurs clés d’intrants pour les filières animales mondiales. La guerre fait craindre un nouveau bond des coûts de production.

Les prix de l'alimentation animale devraient progresser de nouveau dans le sillage de la guerre en Ukraine.

Les productions animales françaises sont plus ou moins dépendantes de l’origine mer Noire (Russie et Ukraine) pour l’alimentation animale. Même pour les céréales cultivées en France, le renchérissement des engrais jouera sur les coûts de production.

Alimentation animale : maïs et tournesol sont directement concernés

La Russie est le premier exportateur mondial de blé, l’Ukraine le cinquième. « L’origine mer Noire fournit 30 % des échanges mondiaux de blé », rapportent les instituts techniques Idele, Itavi et Ifip dans une note commune. Pour le maïs, la mer Noire pèse 15 % du marché mondial et pour les huiles de tournesol et tourteaux, 50 %.

L’UE est dépendante la mer Noire pour ses approvisionnements en maïs (56 % de nos importations). Elle ne l’est pas pour le blé (moins de 0,01 %), mais les prix européens suivent les marchés mondiaux qui vont se trouver bousculés. Le tournesol (huile et tourteaux) est surtout utilisé pour les volailles et dans une moindre mesure le porc.

La géographie des échanges devrait aussi évoluer avec la crise politique majeure. Ainsi, la Russie oriente-t-elle de plus en plus son blé vers le marché chinois.

Engrais : nouvelle hausse des prix dans le sillage du gaz ?

Les prix des engrais sont étroitement liés à ceux du gaz, « on estime ainsi que celui-ci représente 80 % du coût de production de l’urée », précisent les instituts. Alors que des difficultés d’approvisionnement sa faisaient déjà sentir et que les prix flambent depuis l’été 2020, la guerre en Ukraine déstabilise encore ce marché pourtant essentiel. 10 % des engrais français sont fabriqués en Allemagne, avec du gaz russe et notre pays s’approvisionne aussi en Biélorussie et en Ukraine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio