Aller au contenu principal

Volaille et traiteur
Le groupe LDC vise encore 9% de revalorisations tarifaires

Afin de préserver l’équilibre de sa filière Volaille, mais aussi de ses filières Traiteur et œufs, le groupe LDC estime devoir encore passer des hausses tarifaires à ses clients français et étrangers.  

Denis Lambert, président du directoire de LDC, en appelle à "l'équilibre des filières" volailles, oeufs et traiteur.
© LDC

Le 24 novembre 2021, lors de la présentation des comptes semestriels du groupe volailler LDC, le président du directoire Denis Lambert a déclaré qu’une revalorisation tarifaire de 9% serait nécessaire, alors que les matières premières repartent à la hausse. Ces 9% comprennent 6% de hausses au titre de l’augmentation des aliments pour volailles, et 3% au titre d’autres postes de charges que sont les ingrédients de préparation, l’énergie, les matériaux de conditionnement, la taxe éco emballage, les transports et les palettes. « A mon avis on vivra ce contexte haussier aussi en 2022 », a-t-il jugé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril
Le groupe Avril victime d'une cyberattaque [mis à jour]
Le groupe Avril a été victime d'une cyberattaque le 3 novembre. Toutes les entités sont touchées.
Le groupe Oeufs Nord Europe répond à Poulehouse
Alors que la start-up accusait, hier, Cocorette d'avoir rompu un contrat la mettant en difficulté, le groupe Oeufs Nord Europe…
Egalim 2 : le décret fixant les produits alimentaires concernés par la transparence est paru
A la suite de la promulgation de la loi Egalim 2 le 18 octobre dernier, le décret déterminant le champ d’application des produits…
Les sites Arrivé en Vendée en grève
Les sites Arrivé Maître Coq en vendée se mettent en grève, ce 4 novembre, à l’appel en intersyndicale de la CFDT, accompagnée de…
A quoi peut-on s’attendre sur le marché du porc en 2022 ?
Cours bas et coûts de production en hausse, les prévisions de l'Ifip sont peu optimistes pour la filière porcine.
Viande : seulement 2 % des Français n’en mangent pas
Afin de mieux suivre les évolutions des nouveaux régimes alimentaires excluant plus ou moins la viande, FranceAgriMer se dote d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio