Aller au contenu principal

Comment Quaterra, ex Bio Conquête veut atteindre 100 millions d'euros de chiffre d'affaires

Le groupe d’entreprises agricoles et agroalimentaires Bio Conquête se rebaptise Quaterra. Un nouveau nom plus conforme à ses activités. 

Bio Conquête avait été fondé par Bio c’ Bon en 2018, puis le distributeur s’en était dégagé pour sortir entièrement de son capital en 2020. Depuis, la « conquête » de la production et de la transformation biologiques sur le territoire français s’est muée en une dynamique de création de synergies entre entreprises agricoles et agroalimentaires participant à une alimentation durable. Ce sont aujourd’hui 3 fermes et 5 entreprises agroalimentaires ancrées dans des territoires et engagées à progresser selon 20 critères de responsabilité environnementale, sociétale et sociale. Le nouveau nom du groupe, déterminé par le très prisé spécialiste du « renaming » Nomen, est Quaterra. Nicolas Mosser, président et co-fondateur de Bio Conquête, préside Quaterra qui est une société à mission depuis décembre 2023. 

Doubler le chiffre d'affaires 

Même si la conquête ne définit plus le groupe, Quaterra projette d’au moins doubler son chiffre d’affaires en deux ans. Celui-ci passerait de 42 millions d’euros en 2023 à 100 millions d’euros en 2025. De nouvelles acquisitions sont en cours de réflexion ou de négociation, a-t-on appris auprès de Nicolas Mosser. Le chiffre d’affaires du groupe a déjà bondi en 2023 avec l’achat de Ducs de Gascogne. Cette entreprise de foies gras et de paniers gourmands est venue rejoindre l’ensemble agroalimentaire French Gourmet Food constitué de la conserverie Au Bec Fin, du Confit de Provence, Les 4 saisons et de Savor Créations et les sociétés agricoles Les Jardins Bio du Médoc (fruits rouges), Bio c’Baud (œufs) et Forêt des Maures (miels). 

« Nous rompons la solitude des dirigeants de PME »

Les produits variés de ces entreprises sont vendus sous une vingtaine de marques selon des circuits commerciaux multiples. Ce sont des « marques à forte identité », a présenté Nicolas Mosser, qui permettent de « s’adresser au mieux à chaque segment de clientèle », explique le président de Quaterra. Appartenir au groupe permet aux filiales de bénéficier de synergies et de « franchir des étapes », affiche-t-il. Le développement commercial, l’embauche, les certifications, les démarches de progrès en RSE et impact environnemental, l’optimisation productive sont autant de domaines dans lesquels une PME peut peiner. « Nous rompons la solitude des dirigeants de PME », fait savoir Nicolas Mosser. 

Un premier séminaire entre dirigeants et actionnaires

Quaterra a organisé son premier séminaire près de Paris le 19 janvier. Une quarantaine de dirigeants-actionnaires et de cadres ont participé à des réflexions et des ateliers. Charles-Henri Beaudoin, directeur des investissements et des participations industrielles, a mentionné des besoins en ERP et en équipements permettant de faciliter les efforts physiques des salariés. 

Investisseurs

L’investisseur Frédéric Jousset, actionnaire majoritaire depuis 2022, et Aymeric Jung, associé du fonds Quadia, étaient présents au séminaire. Ils sont au comité stratégique de Quadia aux côtés de Nicolas Mosser et de la fondatrice d'Hectar, Audrey Bourolleau. Frédéric Jousset a confié qu’il était prêt à réinvestir dans Quaterra pour des acquisitions dans le haut de la fourchette visée : de 5 à 50 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les investisseurs ont injecté en 2022 et 2023 16,3 millions d’euros. 

Les plus lus

usine de transformation du lait
Face à la baisse de la collecte, l’industrie laitière doit être « proactive », enjoint la Rabobank

Dans son dernier rapport, la Rabobank estime que la collecte laitière de l’UE pourrait baisser rapidement et incite les…

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
L'Algérie et la sécheresse en Russie font monter les prix du blé tendre

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous…

Xi Jinping et Emmanuel Macron
Chine : trois accords signés pour l’exportation agroalimentaire

La visite du président chinois à Paris a été l’occasion de la signature d’accords et de l’homologation de protocoles…

un porc, une vache et un poulet dans le drapeau européen
Porc, boeuf, volaille : comment va évoluer la production de l'UE en 2024 ?

La Commission européenne se montre très prudente dans ses prévisions sur la production de viande et de volaille. Les filières…

Volailles Label rouge, des mises en place toujours en baisse

Les mises en place de volailles Label rouge continuent de reculer au premier trimestre 2024.

« On ne s’en sort plus ! » le cri d’alarme des PME et ETI face aux complexités d’Egalim

La Feef, Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, qui rassemble PME et ETI appelle à un choc de simplification…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio