Aller au contenu principal

Œuf bio : 2021, année noire

Après une année 2020 florissante grâce au confinement, le marché de l’œuf bio s’est retourné en 2021. Surproduction et ralentissement de la consommation ont assombri l’horizon.

© VP

S’il faut retenir deux chiffres pour caractériser le marché de l’œuf bio en 2021, ce sont ceux-ci :

  • -6,1 % : c’est l’évolution des achats des ménages d’œufs bio en cumul annuel mobile se terminant le 31/10/21 selon Kantar.
  • +12,2 % : c’est la hausse de la production d’œufs bios en cumul de janvier à octobre, selon Agreste, par rapport à l’an dernier.

La baisse de la consommation est bien sur à nuancer puisqu'elle est comparée à une année 2020 exceptionnelle, avec des ventes en plein boom pendant les confinements, surtout le premier. Les données d'Iri font, elles, état d'une baisse de 4,6 % des ventes sur un an en cumul annuel mobile à fin novembre mais rappellent qu'elles sont tout de même 6,1 % au-dessus de leur niveau de la même période de 2019. Les achats des ménages n'ont donc pas baissé en deux ans, mais ont néanmoins progressé moins vite que la production.

Dans ce contexte, le marché s’est retrouvé encombré dès le printemps, avec plusieurs moments de forte crise dans l’année et des déclassements importants qui ont contribué à alourdir le segment du plein air.

Des actions ont été mises en place

Les organisations de production ont chacun réagit à leur manière. La plupart ont opté pour des réformes anticipées, notamment cet été. Les vides sanitaires ont été rallongés afin de décaler les mises en place. Des élevages sont passés en plein-air pour limiter les pertes.

2022, plus loin dans la crise ?

Au cœur des craintes des opérateurs, la nouvelle réglementation bio, qui va conduire à un surcoût de l’ordre de 26 % estime l’Itavi. D’un côté le passage à une alimentation 100 % bio devrait faire baisser la productivité des poules, ce qui, couplé à une baisse attendue des mises en place, pourrait engendrer une baisse de la production. Mais de l’autre, la répercussion de ces coûts au consommateur, déjà moins friand de bio, pourrait se traduire par un nouvel effritement des achats.

Les producteurs sont en grande partie protégés par leurs contrats, de longue durée, sur l’amortissement des bâtiments. Mais vu le contexte économique, les contrats qui arrivent à échéance ne devraient pas tous pouvoir être renouvelés. Ce sont donc justement les premiers entrants dans le bio, les plus convaincus parfois, qui vont devoir se « déconvertir ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Au 1er janvier 2022, chaque élevage devra se doter d'un référent bien-être animal
Le journal officiel du 29 décembre institue la désignation d’un responsable du bien-être animal dans chaque élevage d’animaux de…
Prix du beurre : les professionnels de la BVP appellent à l’aide
Les professionnels de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie alertent sur l’explosion du prix du beurre et des difficultés d’…
La Coopération laitière fait le point sur les coopératives laitières françaises.
Prix du lait : La FNPL dénonce les pratiques "illégales" de Sodiaal
La FNPL dénonce dans une lettre ouverte la pratique illégale du groupe Sodiaal de pratiquer un correctif sur le prix du lait lié…
Siège social de Cooperl. © Cooperl
Porc : Cooperl étend ses unités de transformation
L’entreprise mexicaine Sigma, propriétaire du groupe Campofrio en Espagne a cédé deux entreprises de transformation de viande à…
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
La baisse du maïs temporise les hausses en blé et soja.
Un couple d’éleveurs va créer un abattoir de bovins bio à la ferme
Kathleen et Michel Bremont ont obtenu une aide de l’Europe et de la région Normandie pour financer près du tiers de leur projet d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio