Aller au contenu principal

Le Ministre au Space
« Mon ministère c’est celui de la nutrition »

Julien Denormandie hier lors d'une table ronde sur la chaine alimentaire organisée au Space. © Y.B.
Julien Denormandie hier lors d'une table ronde sur la chaine alimentaire organisée au Space.
© Y.B.

Le ministre Julien Denormadie s’est invité à la table ronde sur la chaine alimentaire que le Space a organisé à Rennes, ce mercredi 16 septembre. Devant une centaine de personnes dans un hall 1 vide de ses habituels concours bovins, il a écouté les représentants des filières animales qu’il semble avoir convaincus de sa volonté d’actions. « Mon ministère c’est celui de la nutrition. Les Français ont redécouvert durant le confinement le plaisir de manger des produits frais français. Il faut qu’ils continuent car c’est bon pour leur santé et celle de leurs enfants et in fine c’est moins cher, a-t-il argué. Mais en même temps il faut assurer des exportations car la puissance d’une agriculture c’est aussi sa capacité à exporter. Donc il faut accepter des importations. Mais des importations pour lesquelles les questions de respect de l’environnement seront imposées ». Il pointe clairement du doigt les tourteaux de soja brésiliens et évoque le plan protéines qu’il devrait détailler sous peu.

Je ne pense pas que le RIP soit le bon outil

Pour l’instant, c’est sur le plan de relance qu’il s’appuie pour atteindre son objectif : assurer la souveraineté alimentaire de la France et, plus largement, de l’Europe. Car, en 2023 rappelle Arnaud Degoulet (Agrial), la France agroalimentaire sera déficitaire. Et la question du bien-être animal est centrale. Gilles Huttepain (LDC) s’inquiète du RIP et des 500 000 voix contre l’élevage car « si ca passe, ce ne sera plus un poulet sur deux mais neuf poulets sur dix qui seront importés. Monsieur le Ministre vous avez 600 jours pour monter au créneau et expliquer qu’un changement de fond ne peut se faire en 5 minutes ». « Je respecte le processus démocratique mais je ne pense pas que le RIP soit le bon outil, a répondu Julien Denormandie. « Un cochon ca prend aussi des coups de soleil et il préfère rentrer dans ce cas » sourit-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl quitte la Fict et Culture Viande sur fonds de désaccord sur les CVO
Après avoir quitté l'Inaporc, la Cooperl décide de quitter la Fédération des industriels charcutiers-traiteur et Culture Viande,…
[Mis à jour] Nitrites : Yuka fait appel de la décision du Tribunal de commerce de Paris
Le Tribunal de commerce de Paris s'est prononcé en faveur de la Fict dans l'affaire qui l'opposait à Yuka, sur les nitrites et…
Pourquoi certains Français veulent consommer moins de viande
Pour sa santé, pour faire des économies, pour la planète, pour des raisons éthiques, les motivations pour diminuer la…
L’Ania demande une hausse des prix alimentaires
L’Ania alerte sur la hausse des prix des matières premières et demande sa répercussion sur les prix agroalimentaires finaux qui…
Lait bio
Lait bio : hausse de la collecte de 8 % au premier trimestre

La France a collecté 292 millions de litres de lait bio au premier trimestre 2021 selon FranceAgriMer, 8 % de plus que…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio