Aller au contenu principal

Consommation
[Mis à jour] Inflation générale au rayon viande, un seul produit affiche une baisse de prix

Au rayon viande et volaille, tous les prix affichent une croissance annuelle à deux chiffres, mais la côte de porc se distingue, elle est moins chère qu'en 2021.

Au rayon viande, tous les prix augmentent en 2022 sauf ceux de la côte de porc
Au rayon viande, tous les prix augmentent en 2022 sauf ceux de la côte de porc
© VP
Mis à jour le 31 mai avec un encadré explicatif sur les chiffres utilisés

Pour le consommateur, les prix de la viande ont progressé de manière impressionnante depuis un an, de +10 % pour le gigot d’agneau à +20 % pour le steak haché 15 % MG, si l’on se base sur les prix de détail en magasins de la semaine 19, une enquête publiée chaque semaine par FranceAgriMer-RNM et disponible dans votre quotidien du mardi.

Parmi les 7 produits enquêtés du rayon viande et volaille, 6 hausses substantielles.

Seule la côte de porc se vend moins cher que l’an dernier. En cause, un marché du porc qui a subi une crise en lien avec l’arrêt des achats chinois qui a fait baisser les cours. Depuis, les prix se sont redressés et l’amont réclame une revalorisation d’autant plus qu’il subit pleinement la hausse des coûts de production liée à la flambée de l’alimentation animale et de l’énergie des suites de la guerre en Ukraine. Mais comme la consommation n’est pas au rendez-vous, l’ambiance est morose.

Un manque d’offre en bovins et volailles

En bovins, la hausse s’explique par le net manque de matière première, notamment pour la fabrication de viande hachée. Les disponibilités en vaches laitières sont au plus bas. Même manque d’offre en poulet, la grippe aviaire ayant décimé la production française. La hausse des prix du lapin traduit celle de l’aliment, la production est aussi sous pression.

Beaucoup moins de promos en 2022

Autre fait intéressant à relever et qui illustre bien cette problématique du manque d’offre, la faible activité promotionnelle. En semaine 19 de 2021, FranceAgriMer-RNM relevait 12 opérations de promotions en poulet PAC Label Rouge, il n’y en avait que 4 en 2022, le nombre de promos sur le lapin a été divisé par deux, et celles sur le bœuf haché par 3. En revanche, le nombre de promos sur la côte de porc est passé de 19 à 31, reflet de ce manque de demande.

Les prix de détail publiés par FranceAgriMer-RNM sont issus de relevés effectués dans environ 145 magasins. "C'est un très faible échantillon, qui n'est pas pertinent pour juger de manière quantitative l'évolution des prix et de l'activité promotionnelle", souligne Valérie Diot de l'Ifip. De plus, les variations sont très fortes d'un bulletin à l'autre. Ainsi, en semaine 21, le relevé indiquait des prix en hausse de 5,44 % pour la côte de porc. C'est certes la plus faible hausse du rayon mais on est loin de la baisse affichée deux semaines plus tôt. Néanmoins; le fait que le porc aie échappé à l'inflation au moins en mars est confirmé par les données Kantar rapportées par Interbev.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Agricool rejoint Vif-Systems et dévoile les raisons de son échec
La start-up promouvant l’agriculture urbaine, en redressement judiciaire, est reprise par le réseau de fermes verticales VIF-…
Faute de repreneur, Matines ouvre un projet de cessation d’activités
La société Matines annonce, le 2 juin, s’engager dans un projet d’arrêt programmé de ses activités. A ce jour, seul le site…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
Avec l’arrêt de Matines, la filière œuf dans l’incertitude
Matines a annoncé jeudi l’arrêt programmé de ses activités, seul un site fait l’objet d’une procédure de reprise pour l’instant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio