Aller au contenu principal

Les produits carnés halal ont le vent en poupe

Entre 2021 et 2022, les chiffres révèlent une hausse des achats de produits carnés halal, alors qu’en conventionnel, la tendance s’inverse. Les consommateurs boudent de plus en plus les protéines animales.

En France, les produits carnés halal gagnent en popularité. En effet, en charcuterie, les ventes en volume ont augmenté de 3 % et en valeur de 8,2 % en cumul annuel mobile (novembre 2021-novembre 2022), selon les données d’Iri. Cette hausse des volumes commercialisés a largement été portée par les rôtis (+13,8 %). D’autres produits ont également vu leur vente en volume croître. Il s’agit des jambons (+4,5 %), des aides culinaires (+3,2 %) et des saucissons (+3 %). Les saucissons, segment traditionnel un peu boudé par les nouvelles générations de consommateurs, font leur retour dans les chariots. Dans un contexte d’inflation, les ventes de ce produit ont progressé en raison de son prix en moyenne moins onéreux que les autres charcuteries (4,20 €/kg contre 14,27 €/kg pour les jambons).

Forte de sa diversité depuis une vingtaine d’années, la charcuterie halal séduit les consommateurs. Les achats sont encore plus importants au cours de la saison hivernale. Cette période est propice à la consommation de produits charcutiers nécessaires à la réalisation de plats chauds (raclette, tartiflette...). Par conséquent, dans ce segment, peu de recul de consommation a été observé, sauf en pâtés et en rillettes (-5,2 %) et en sec (-1,1 %). À l’inverse, en charcuterie conventionnelle, la consommation des ménages est en repli. Elle a fléchi de 1,8 % d’après les données d’Iri.

De nombreux consommateurs se détournent des aliments à base de protéines animales pour des raisons environnementales et sanitaires. À rebours de cette accalmie, les ventes pourraient continuer d’augmenter en charcuterie halal. « Ce marché devrait être dynamique encore pour une vingtaine d’années », estime Éric Fauchon, directeur général d’Isla Délice. Plusieurs signaux sont également au vert pour d’autres produits halal. C’est le cas des surgelés.

Diversifier l’offre et conquérir de nouveaux circuits

La gamme de produits carnés surgelés halal continue de se réinventer. Les saveurs originaires d’Asie font partie des produits développés. Hoa Nam a proposé une gamme halal vendue en grande distribution à l’occasion du ramadan 2022. Quatre produits asiatiques ont été mis en rayon (des nems au poulet, des pâtés impériaux, des samoussas et des brioches vapeur).

Tout récemment, Isla Délice a présenté son burger biryani. À base de viande, de légumineuses et de légumes, les saveurs de ce burger sont inspirées de la cuisine indienne. Dans leur globalité, les plats cuisinés et produits traiteurs rencontrent un succès, notamment pendant le mois du ramadan. Les coupures du jeûne sont l’occasion de se rassembler en famille et, depuis quelque temps, de découvrir de nouvelles saveurs. Éric Fauchon chiffre à 20 % la hausse des ventes en volume pendant cette période.

La diversification de l’offre passe également par la conquête de nouveaux circuits de distribution. « Un peu plus de 2000 points de distribution ne vendent pas encore de produits halal », estime le directeur général. Toutefois, proposer des produits surgelés à un prix. D’autre part, ces rayons nécessitent des surfaces importantes en magasin. En conséquence, Isla Délice parie sur la livraison en 15 minutes par des entreprises partenaires dans les grandes agglomérations pour développer ses circuits de distribution.

Le bœuf plombe les ventes en surgelé

Dans le segment du surgelé, le bœuf a connu la baisse de consommation la plus importante (-10,8 %), toujours en cumul annuel mobile (novembre 2021-novembre 2022). « Ce repli s’explique essentiellement par la conjoncture du marché », atteste Éric Fauchon. Tout d’abord, le prix moyen du steak haché halal surgelé a flambé de plus de 40 %, et la référence phare du segment, le steak haché 100 % bœuf en format 800 grammes, dépasse parfois les 10 euros. Une hausse similaire à celle observée sur la viande hachée surgelée non halal, liée notamment à la décapitalisation bovine. Elle s’explique aussi par un coût élevé de l’énergie, notamment dans les rayons surgelés, accentués depuis le début du conflit en Ukraine.

Les confinements et la fermeture de la restauration ont aussi engendré une forte hausse de la demande au détail : en 2020, les ventes de surgelés halal ont ainsi bondi de 25 %. À long terme, ces perturbations communes à de nombreux marchés ne semblent pas décourager le dirigeant de l’entreprise Isla Délice. « En surgelé, le potentiel de développement est aussi important qu’en charcuterie », conclut-il.

La volaille, incontestablement la viande halal la plus consommée

En charcuterie, parmi les produits carnés halal les plus consommés, la volaille occupe de loin la première place. Cette viande est présente dans la plupart des charcuteries. Dans l’ensemble, le prix moyen des charcuteries à base de volaille est moins important que celles contenant du bœuf. Par ailleurs, la volaille est perçue plus saine que le bœuf. La viande de bœuf occupe la seconde place des viandes halal les plus consommées. Les viandes ovines ne sont consommées que de façon occasionnelle comme lors de l'aïd el-Kébir.

En revanche, en surgelé, la viande de volaille est relativement moins consommée que la viande bovine. Toutefois, les ventes de viande de volaille surgelée ont progressé sur un an (+3,7 %) alors qu’elles ont fléchi en bœuf surgelé (-10,8 %), notamment du fait des prix de vente en forte augmentation sur l’offre de surgelés de bœuf.

3 questions à Éric Fauchon, directeur général d’Isla Délice

« L’amélioration des qualités nutritionnelles de nos produits est un axe majeur de développement »

Quelle place occupe Isla Délice sur le marché des produits carnés halal en France ?

E. F. - En 30 ans, l’entreprise s’est imposée comme le principal acteur sur le marché français des produits carnés halal. En charcuterie, Isla Délice détient 45,7 % des parts de marché en volume entre novembre 2021 et novembre 2022. Les numéros 2 et 3 du marché, Fleury Michon et Reghalal-LDC possèdent, respectivement, 12,6 % et 10 % des parts de marché. L’offre MDD est très réduite et totalise 5,9 % des parts de marché. En surgelé, toujours sur la même période, la marque Isla Délice détient la moitié de ce marché et sa part de marché est trois fois supérieure à celle du numéro deux.

Comment sont élaborés et améliorés les produits ?

E. F. - L’élaboration et l’amélioration des produits font partie des deux principales missions du service de recherche et développement d’Isla Délice. Il ne reproduit pas la recette d’un produit standard puisque la matière animale utilisée est différente. Depuis 2020, l’équipe, qui est composée aujourd’hui de six personnes, travaille sur la reformulation de nos recettes : réduction des additifs, du sel, des nitrites… C’est un travail de longue haleine mais indispensable. L’amélioration des qualités nutritionnelles de nos produits est un axe majeur de développement pour Isla Délice.

L’entreprise se développe-t-elle au-delà des frontières françaises ?

E. F. – Nous ciblons prioritairement les pays européens. D’une part, parce que ce sont des marchés dont les caractéristiques sont assez proches de celles du marché français et, d’autre part, parce qu’il nous est possible de les approvisionner directement depuis nos deux sites de production installés en région Rhône-Alpes. Nous sommes maintenant bien installés en Belgique où nous disposons d’une équipe de sept personnes et doublons notre chiffre d’affaires chaque année. En 2022, nous avons également commencé la commercialisation de nos gammes en Espagne et en Italie. Dans chacun de ces pays, nous nous déployons à la fois en GMS et en réseau ethnique, qui reste un canal très dynamique pour l’offre halal. Et nous répliquons ce qui fait le succès de la marque en France : une offre large en frais et surgelés, de nombreuses innovations, des équipes commerciales intégrées et 100 % dédiées à la marque et des investissements publicitaires, en particulier sur les réseaux sociaux.

Les plus lus

viande sous vide
D’où vient la viande bovine importée par la France début 2023 ?
Nos importations de viande bovine ont progressé au premier trimestre. Plusieurs pays européens affichent des croissances à deux…
Vaches limousines dans un pré
Changement des aides et baisse du cheptel, ce que propose la Cour des comptes pour les bovins
C’est l’activité agricole la plus subventionnée, mais elle est fragile, la Cour des comptes s’intéresse à l’élevage bovin et émet…
vache
La décapitalisation du cheptel bovin continue en mai
En France, les cheptels bovins, laitiers comme allaitants, ont de nouveau reculé en mai, creusant l’écart avec l’an dernier.
carte des Landes de google maps
Grippe aviaire : une vingtaine de communes des Landes placées sous surveillance
La préfecture des Landes a pris un arrêté mettant sous surveillance une vingtaine de communes après la suspicion d’un foyer…
Quand va-t-on sortir des prix record ?
Quand va-t-on sortir des prix record ?
Alors que les prix des produits agricoles et alimentaires sont à des niveaux très élevés depuis plusieurs mois, plusieurs…
Protéines alternatives : qui investit, combien, dans quoi , infographie
Protéines alternatives : qui investit, combien, dans quoi ? Réponse en infographie
Viande de culture, protéines végétales et protéines issues de la fermentation, trois technologies se disputent pour remplacer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio