Aller au contenu principal

Face aux nouvelles matières
La filière cuir veut protéger son nom en Europe

Fini le "cuir" d’ananas, les professionnels veulent protéger le mot cuir dans toute l’Europe.

© Photo by Erol Ahmed on Unsplash

Lors de ses vœux à la presse, Frank Boehly, président du Conseil National du Cuir a mis en avant le manque de clarté au niveau européen de l’utilisation du terme cuir. Car si en France, au Portugal et en Italie, le cuir ne peut être qu’animal, il n’y a pas de législation au niveau européen.

« Nous souhaitons que la présidence française soit l’occasion d’harmoniser les usages et de protéger, par décret, dans toute l’Europe, l’usage du mot cuir. ? Fini le « cuir » d’ananas, de maïs, de cactus ou de champignon », détaille Jérôme Verdier, président de la fédération française de la tannerie mégisserie. Une démarche qui est importante devant « la perte de sens et la déconnexion des jeunes. 53 % des 18-24 ans pensent que le cuir n’est pas d’origine animale ! », interpelle Franck Boehly. « Même si l’image du cuir est très bonne auprès des Français en général, le cuir est challengé auprès des consommateurs de demain. Car plus les consommateurs sont jeunes, plus les discours dépréciant le cuir des ONG ou des fabricants de nouvelles matières les touchent, quoique leur production soit extrêmement faible », continue le président.

Les différents acteurs de la filière ont aussi mis en avant leurs engagements environnementaux, « les entreprises de tanneries mégisseries sont les plus contrôlées en France », juge Jérôme Verdier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Six acteurs de la bio s'associent pour créer une usine de floconnage 100% bio
Les coopératives Cocebi, Biocer, Probiolor, les entreprises Favrichon, Cereco et le distributeur Biocoop se sont associés pour…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio