Aller au contenu principal
Font Size

La confiserie Bonté Pinson rebondit sur la pâte à tartiner


> Patrick Rangeard commercialise son produit dans la plupart des enseignes.
Le spécialiste du bonbon traditionnel réalise 35 % de son chiffre d'affaires avec sa pâte à tartiner au caramel, deux ans après son lancement. Témoignage.

Ancien cadre de La Boulangère, Patrick Rangeard a repris début 2008 la confiserie Bonté Pinson, fleuron du berlingot nantais. Il a rapidement compris qu'il serait « compliqué de développer une croissance soutenue sur ce marché de bonbons anciens ». Il a regardé avec son équipe ce qu'il était possible de faire au rayon sucré et a opté pour les pâtes à tartiner. Sa société Europa Sweet a dans le même temps quitté son outil vétuste de Nantes et a investi 2 millions d'euros (M€) dans un bâtiment de 2 200 m2 à Boufféré (85).

Sur un marché où règne en maître Nutella, Europa Sweet, « pas armé pour aller chercher le chocolat », a pris le contre-pied des produits bretons, très typés caramel beurre salé. « Afin de démocratiser la consommation de caramel, nous avons répondu aux trois attentes des consommateurs : le prix, le goût et la praticité », explique Patrick Rangeard. Lancée en avril 2012, sa pâte à tartiner au caramel en « squeezer » a vite suscité l'intérêt de la GMS. Le produit a été référencé chez Intermarché France puis chez Auchan France et Sys-tème U Ouest. On le trouve aujourd'hui dans la plupart des enseignes. Afin d'être plus visible en rayon, Europa Sweet a décliné les parfums et créé la gamme « Pur bonheur de Pinson ». La fraise doit être lancée en mars, s'ajoutant au citron et à la vanille.

Au bout de deux ans, la société réalise 35 % de son chiffre d'affaires avec ses pâtes à tartiner, en progression de 20 % l'an dernier, à 4 M€, et Patrick Rangeard souhaite approcher les 5 M€ en 2014. La RHF et la GMS à l'export sont des relais de croissance amorcés pour la gamme de pâtes à tartiner. Pour réussir ce « changement de cap », Patrick Rangeard a structuré son entreprise, rajeuni et étoffé son équipe de cadres, recrutant un directeur d'usine, un responsable qualité et un ancien cuisinier en R&D. « La capacité à accepter de remettre en cause des choses est plus simple avec des gens nouveaux, qui ont envie d'avancer », observe-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio