Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Consommation
Des produits ovins et caprins trop mal connus

Habitudes, styles de vie, prix ou manque de connaissances des consommateurs, les obstacles à la consommation de viande et produits laitiers ovins et caprins ne manquent pas.

Les ovins et caprins représentent 6% de la viande produite dans l’Union européenne. © JC Gutner
Les ovins et caprins représentent 6% de la viande produite dans l’Union européenne.
© JC Gutner

Alors qu’elle n’a cessé de diminuer depuis vingt ans, la consommation de viande ovine de l’Union européenne s’est stabilisée autour de 1 million de tonnes ces dernières années et pourrait retrouver une dynamique positive à partir de 2020. Les prévisions de l’OCDE à horizon 2028 sont ainsi légèrement à la hausse. La consommation européenne, probablement tirée par les flux d’immigration en provenance de pays du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord où la viande ovine fait partie de l’alimentation traditionnelle, devrait augmenter d’environ 1 % en moyenne chaque année.

En France, la consommation de viandes ovine et caprine par bilan a été relativement stable l’année passée selon FranceAgriMer, la consommation enregistrée en 2019 dépassant de 0,2 % celle de 2018. Malgré ces chiffres, les perspectives d’évolution du secteur des petits ruminants en Europe restent incertaines, d’autant plus que de nombreux obstacles au développement de la consommation des produits ovins et caprins (viande et lait) persistent.

L’origine des produits, un critère fort pour la viande

Ces produits, considérés comme trop gras et nécessitant, au dire des consommateurs, des compétences en cuisine élevées, ne sont pas associés à la consommation quotidienne. Les achats de ces produits pâtissent aussi d’un prix élevé et d’un goût prononcé, souvent méconnu des jeunes consommateurs. C’est ce que rapportent les résultats du projet européen iSage qui s’est intéressé aux tendances de consommation des produits ovins et caprins dans six pays de l’UE (France, Grèce, Italie, Espagne, Royaume-Uni et Finlande) ainsi qu’en Turquie.

Les enquêtes réalisées auprès d’un panel de consommateurs déclarant manger au moins occasionnellement de la viande ovine ou caprine, ont révélé que dans les sept pays suivis, les consommateurs sont prêts à payer plus cher un produit d’origine nationale. La France est le pays de l’étude où le consentement à payer est le plus élevé, le critère de l’origine apparaissant même plus important que la présence d’un label AOP ou IGP.

Le consommateur manque de connaissances sur les produits

Du côté des produits laitiers, la France est le seul pays parmi les sept étudiés où le consommateur se déclare prêt à payer plus cher pour un fromage de chèvre. Ce n’est pas le cas en revanche pour le fromage de brebis, le consentement à payer davantage pour cette espèce étant nul. Cette tendance observée en France peut être en partie expliquée par le manque de connaissances des consommateurs, les fromages de brebis étant souvent moins bien identifiés que les fromages de chèvre.

Si le consommateur connaît les grands noms de fromages de brebis (roquefort, osso-iraty), il n’est pas toujours capable de les associer au lait de brebis. Des observations similaires ont été faites en Grèce alors même qu’un des fromages traditionnels grecs, la feta, est confectionné à base de lait de brebis. Le phénomène est d’ailleurs très bien connu des détaillants qui déclarent le manque de connaissances des consommateurs comme un des principaux obstacles au développement du marché des produits laitiers ovins et caprins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Viande bovine : les envois polonais menacés

Alors que les cours se sont légèrement redressés ailleurs en Europe, les prix des vaches polonaises ont très peu évolué…

Evolution du prix moyen du porc en France
Les effets du coronavirus sur le marché du porc
Le cours du porc en France progresse, malgré l’exportation minée par le coronavirus. Les opérateurs anticipent l’éventuel appel d…
Viande bovine : le solde du commerce extérieur se creuse

Sur l’année 2019, le déficit du commerce extérieur de viande bovine recule de plus de 18 000 téc par rapport à 2018…

 © INRADIST
Charcuterie : envolée des ventes en GMS en mars

« Après un mois de février décevant, le porc, viande économique, a enregistré de belles performances avec des…

 © Nathalie Cayla
Bovins : prix sous pression en Nouvelle-Zélande

L’industrie du bœuf néo-zélandais connaît un début d’année 2020 compliqué avec des cours qui enregistrent une baisse…

Environ 459 000 tonnes destinées aux pays tiers seraient redirigées vers les pays de l’Union européenne. © Vyashini Chokupermal
Et si la peste porcine africaine se propageait en Allemagne ?
Un vent d’incertitude pèse sur le marché du porc en Europe. La propagation de la peste porcine africaine demeure un facteur de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio