Aller au contenu principal

Alimentation animale
Quelle répercussion au consommateur de la hausse du coût de l’aliment  des animaux ?

 © Andreas GOllner de Pixabay
© Andreas GOllner de Pixabay

Les coûts alimentaires n’ont cessé de progresser ces derniers mois pour les éleveurs, toutes productions confondues. En janvier, l’Institut du porc (l’Ifip) estimait que l’aliment porc avait progressé de 9 % sur 12 mois. L’Institut de l’élevage (l’Idele) chiffrait à +12 % la hausse de l’aliment vache. Pour le poulet, le calcul de l’Itavi établissait une hausse de 24 % sur douze mois se terminant en février. La part de l’aliment dans le coût de production du porc est d’environ 60 %, de 37 % pour le lait de vache et de 57 % pour le poulet de chair, selon les organismes techniques.
Or la part du prix payé en grande surface qui est effectivement consacrée à la matière première porc n’est que de 30 % environ pour le jambon cuit. Pour une escalope de poulet, la part de la matière première est de 34 % et pour le lait UHT demi-écrémé elle monte à 39 %.
Dans ce contexte, FranceAgriMer a calculé quelle hausse des prix de détail permettrait de recouvrir la flambée des coûts de production, toutes choses égales par ailleurs. Il faudrait ainsi voir augmenter le prix de vente du jambon en GMS de 1,6 %, celui du lait demi écrémé UHT de 1,7 % et celui de l’escalope de poulet de 4,5 %.
À noter que selon les données de Kantar relayées par FranceAgriMer, en janvier, le prix moyen d’achat du jambon cuit avait progressé de 1 % par rapport à son niveau de l’an dernier. Celui de l’escalope de poulet crue nature se situait 1,4 % sous son niveau d’un an plus tôt et en lait UHT 1/2 écrémé le consommateur avait payé en moyenne 1,5 % de plus qu’en janvier 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

© Biolait
La collecte de lait bio croît plus vite que la demande

Les laiteries françaises ont collecté 10 % de lait bio en plus en février 2021 qu’un an plus tôt, lorsqu’on corrige l’…

© Agence Pack
Pourquoi le groupe Avril veut céder ses activités œuf et porc
La partie industrielle d’Avril va se concentrer sur la transformation des graines oléagineuses. Le groupe va céder les œufs…
Beaucoup d'acteurs internationaux ont consulté le dossier de reprise de Soufflet, selon Les Echos. © Soufflet
Conclusion d'un accord entre InVivo et Soufflet
Le groupe InVivo va acquérir le groupe Soufflet. Les deux groupes annoncent la fin de leur période de négociation exclusive.
Bilan du marché du porc en 2020

En 2020, le marché du porc en France a été marqué par la…

Dominique Verneau, directeur de la production laitière des Laiteries H. Triballat. © C. Pruilh - Réussir
Rians veut revaloriser le prix du lait
Le fabricant de produits laitiers veut renforcer la durabilité de son modèle, tant sur l’amont agricole que sur la partie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio