Aller au contenu principal

Pourquoi les charcutiers ne craignent pas les contrôles

Les industriels de la charcuterie ne craignent pas les contrôles de l’origine des viandes ni des contrats commerciaux.

Charcuteries
© Fict

Martine Leguille-Balloy, présidente de l’interprofession des charcutiers traiteurs industriels (Fict), invite les services de l’Etat à vérifier « la stricte application de la réglementation de l’étiquetage de l’origine des viandes par les fabricants ; un engagement de transparence remontant à 2010 », rappelle-t-elle. Tous les produits charcutiers, en particulier les jambons, ne sont pas estampillés Porc français. La raison essentielle avancée par la Fict est structurelle : l’élevage porcin en France ne peut fournir autant de cuisses que demande la consommation domestique de jambon. 

Lire aussi : Charcuterie-traiteur : trop de défaillances d’entreprises

Par ailleurs, les contrats commerciaux entre les charcutiers et les grands détaillants ne peuvent désavantager les éleveurs, explique-t-on à la Fict. « Les entreprises françaises de charcuterie ont besoin d’une production porcine française forte », affirme la présidente de l’interprofession. « Il faut que nous puissions enrayer l’érosion du cheptel porcin, de 6% en 2022, d’environ 5% en 2023 », s’inquiète Fabien Castanier, délégué général de la Fict. L’industriel de la charcuterie serait la première désavantagée de la non prise en compte du prix de la matière première. « Le rapport de force avec les abatteurs n’est pas en notre faveur », démontre-t-il : 400 entreprises de charcuterie industrielles (300 à la Fict) achètent leurs pièces de porc à une grosse dizaine d’abattoirs importants. Et ces derniers achètent les porcs à un prix conjoncturellement élevé. « Il y a eu 27 défaillances d’industriels de la charcuterie », déplore le délégué général. 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio