Aller au contenu principal

Poulet : combien faudrait-il investir pour reprendre des parts de marché à l’importation ?

L'investissement serait l’une des clés pour que le poulet français capte des parts de marchés face à l’importation. 

Poulet importé
L'investissement dans l'ensemble de la filière est pour Agridées un des moyens pour réduire la part de poulet importé dans nos assiettes
© Sheila Kolani

Investissements trop modestes, bâtiments d’élevage vétustes, coûts élevés ont réduit l’efficacité du socle productif de poulet de chair français entre 2000 et 2020 selon les conclusions du think tank Agridées, dans son étude Souveraineté alimentaire : le cas du poulet. Dans le même temps, l’Allemagne et la Pologne ont massivement investi dans l’ensemble de la filière poulet de chair. Résultat, « la production de poulet de chair entre 2003 et 2021 a progressé de 18% en France, quand elle a doublé en Allemagne, et triplé en Pologne, alors que la consommation se développait », peut-on lire dans l’étude.  

D'autre part, chez nos concurrents, l’accent est mis sur le poulet standard, l’effet de gamme est restreint. A l’inverse en France « les outils sont diversifiés selon les gammes, ce qui entraine des pertes de compétitivité », analyse Paul Lopez, ancien président de la fédération des industries avicoles.  

Conclusion, « aujourd’hui en France, il y a très peu d’outils qui ont des caractéristiques semblables aux concurrents intra-européens qui couvrent le marché français », constate Paul Lopez.  

Faire face aux importations de poulet  

Alors que la filière française s’enlise, la consommation de volaille et de poulet progresse de façon galopante, « il s’agirait de répondre à cette dynamique, en reprenant à l’importation une partie de ses récentes parts de marché afin de reconquérir une partie de la souveraineté française dans ce secteur, à hauteur de 20% soit 160 000 tonnes sur les 800 000 tonnes importées, et de se lancer dans les transitions nécessaires concernant le cœur du parc existant », insiste Paul Lopez.  

Il estime qu’un plan de relance, soit un plan de reconquête doublé d’un plan de modernisation et de transition d’un montant de « 2 milliards d’euros sur une programmation de cinq ans » permettrait de reprendre 20% des importations. Concernant le plan de reconquête, il faudrait « de nouveaux bâtiments d’élevage, pour produire 160 000 tonnes, soit 400 bâtiments pour 600 000m2 à 400 €/m2 ainsi que deux nouveaux abattoirs à 100 000 tonnes en vif/an - 80 millions d’euros fois deux ». Le plan de modernisation et de transition nécessiterait entre autres, pour la « modernisation des outils industriels d’abattages (biosécurité, bien être (anesthésie gaz), robotisation, digitalisation et autonomisation, un investissement de 700 millions d’euros ». 

Un investissement collectif 

Plusieurs acteurs devraient supporter les coûts : « les acteurs privés, industriels et éleveurs, ont à jouer leur rôle d’opérateurs économiques, afin de prendre en charge la majeure partie de ces investissements. Néanmoins, ce Plan entraîne une dynamique collective de relance et de transition de filière, qui nécessiterait un appui public à un investissement de souveraineté », termine Paul Lopez.  

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio