Aller au contenu principal

Origine des viandes : les filières dénoncent des trous dans la raquette réglementaire

L’obligation d’indiquer l’origine des viandes utilisées en tant qu’ingrédient par les restaurateurs ne pourra pas être correctement appliquée, dénoncent Anvol, Interbev et Inaporc. De plus, des décrets n'ont pas été renouvelés, notamment pour les dark kitchen.

tableau origine viande en restaurant
Dorénavant, l'origine des viandes utilisées en tant qu'ingrédient doit aussi être indiquée, mais la réglementation ne peut pas être correctement appliquée selon Interbev, Anvol et Inaporc
© Sylvie Carriat

Depuis le 7 mars, et l’application du nouveau décret, les établissements de restauration ont l’obligation d’afficher l’origine des viandes entrant dans la composition des plats élaborés… si tant est qu’ils en ont connaissance. Or leurs fournisseurs ne sont pas dans l’obligation de transmettre l’information sur l’origine, déplorent Interbev, Inaporc et Anvol dans un courrier conjoint adressé à Marc Fesneau, constatant « Dans ces conditions, cette obligation ne pourra pas être correctement appliquée. »

Seuls les établissements de restauration concernés

Pour les produits élaborés contenant de la viande comme ingrédient, commercialisés dans les autres circuits, aucune indication de l’origine n’est obligatoire, car le décret qui l’encadrait a expiré en 2022 et n’a toujours pas été renouvelé.

Les Dark Kitchen ne sont plus soumises à l’affichage de l’origine des viandes fraîches

Les dark kitchen, ces établissements de préparation de repas sans salle de consommation sur place, étaient obligées par un décret du 23 juin 2023 d’afficher l’origine des viandes fraîches.  Or l’obligation s’arrêtait le 29 février dernier, elles n’y sont donc plus soumises. « Tout simplement inacceptable » pour les filières animales.

Les trois demandes des filières animales

  1. Une obligation d’affichage de l’origine des viandes complétée, valable pour tous les circuits de consommation ;
  2. Un dispositif d’information et de sensibilisation des professionnels ;
  3. Un contrôle de sa bonne application par la DGCCRF.

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio