Aller au contenu principal

Aviculture
Œufs : le virage vers l’alternatif tourne au cauchemar

La filière œuf a réalisé rapidement sa transition vers l’alternatif pour sortir les poules de cage, sous la pression des attentes des consommateurs. Mais les Français sont moins revendicatifs au moment de faire les courses et l’offre dépasse la demande.

Evolution des mises en place de poules pondeuses en élevages alternatifs

Le marché de l’œuf bio n’est pas seul en crise. Les autres codes souffrent aussi. Les opérateurs de la filière rapportent que de nombreux volumes d’œufs de code 1 (plein air) ne trouvent pas preneurs et sont déclassés. L’offre est d’autant plus large qu’elle comprend une part d’œufs bio, déclassés car trop nombreux sur le marché. Les prix ne couvrent pas les coûts de revient et l’amont souffre. La transition s’est faite trop rapidement, et l’équilibre de marché est très fragile, avec parfois des manques, parfois des débordements massifs, confie un opérateur aux Marchés. Comme en bio, on évoque réformes anticipées, vides sanitaires élargis et mesures drastiques. Des opérations de promotion attendues sur la seconde partie du mois de juin pourraient néanmoins fluidifier un peu le commerce.

Quel poids pour chaque code à terme ?

Même en code 2 (sol), alors que l’origine France était rare et difficile à trouver il y a quelques années, la production se fait parfois trop pressante. Les prix des œufs hors contrats sont souvent alignés sur ceux du code 3. À l’industrie, le code 2 français peine à trouver sa place, confronté à une concurrence étrangère très compétitive. Les pays du Nord ont un savoir-faire de plus longue date, les Espagnols convertissent leurs bâtiments de cage à bas coût, deux à trois fois moins par poule qu’en France, grâce à des économies d’échelle, car les élevages sont plus grands, et à des systèmes simplifiés. Dans ce contexte, établir une stratégie sur les prochaines années, avec les lourds endettements qui vont avec, s’avère source de dilemmes pour des opérateurs qui naviguent à vue et peinent à imaginer la demande du consommateur de demain, et son arbitrage entre le prix et le bien-être des poules.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Le « pass sanitaire » obligatoire en restauration pour début août
Emmanuel Macron a annoncé le 12 juillet, lors de son allocution, la retenue du « pass sanitaire » obligatoire pour les cafés et…
Décès d'Hubert Garaud, ancien président de Terrena
Terrena annonce le décès d'Hubert Garaud, président du groupe coopératif de 2005 à 2018.
Quelques Légions d’honneur dans le secteur agricole et alimentaire
Le Journal officiel de la République française du 14 juillet 2021 contient quelques nominations sous le titre du ministère de l'…
Lancement d'un plan abattoir en trois volets
Le ministère de l'Agriculture annonce le lancement d'un plan abattoirs en trois volets : renforcer les contrôles, accompagner et…
Agneau : les prix restent baissiers malgré l’approche de l’aïd el Kebir
L'Aid El Kebir aura lieu aux alentours du 19 juillet prochain. Le marché de l'agneau français ne se montre pas frénétique pour le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio