Aller au contenu principal

L’inflation menace les ventes de lapin

Avec la hausse des coûts de l’aliment, le prix du lapin s’est renchéri. De quoi compliquer les ventes pour ce produit de niche.

Les opérateurs craignent le décrochage de la consommation  face à l'inflation.
Les opérateurs craignent le décrochage de la consommation face à l'inflation.
© JC Gutner Reussir

La cotation nationale du lapin atteint un niveau record en début d’année. En cumul des dix premières semaines 2022, le prix français se place près de 10 % au-dessus de son niveau de 2021, même période. Une tendance qui se retrouve également chez nos voisins européens, avec des prix du vif qui affichent des hausses supérieures à 10 % en Italie et 4,9 % en Espagne. En cause, la flambée du prix de l’aliment qui pèse pour 50 % du coût de production du lapin sortie élevage. L’indice Itavi du coût des matières premières dans l’aliment lapin a bondi en mars de 8,6 % sur un mois et de 10,5 % en un an. « Pour la filière cunicole, ce ne sont pas les mêmes types de matières premières utilisés qu’en volaille. En 2021, on part déjà sur une base de prix de matières premières plus élevée en lapin qu’en volaille, avec une progression qui s’accélère depuis début 2021 », explique François Cadudal, lors du webinaire organisé par l’Institut technique de l’aviculture (Itavi) sur la filière lapin.

Mieux valorisé que la volaille

Toutefois, face à ces niveaux de prix élevés, certains professionnels s’interrogent sur la tenue de la consommation en 2022. La filière pourra-t-elle encore une fois répercuter de nouvelles hausses tarifaires, sans que les achats des ménages ne décrochent trop ? Et ce, d’autant plus que la déconsommation de lapin se poursuit depuis plusieurs années. « Pour arrêter de s’alarmer, il faut considérer que le lapin est un produit de niche, on n’est pas sur un produit de base pour lequel la valeur progresse plus lentement. L’importance, c’est la valorisation », analyse François Cadudal. En effet, entre 2019 et 2021, les prix de la volaille (toutes espèces confondues) ont augmenté de 2 à 3 % alors que la valorisation du lapin a été plus importante, allant jusqu’à 8 % pour les découpes. Une note encourageante pour la filière. Par ailleurs, la consommation n’a reculé que de 5 % en 2021, alors que le repli était bien plus fort les années précédentes. Dans ce contexte, l’Itavi prévoit une baisse moins marquée de la production en 2022, d’environ 4 %, contre 7 % en 2021.

en chiffres

+10,5 %

Hausse du prix de l’aliment en mars 2022/mars 2021.

+10 %

Hausse du prix du vif en France en cumul 10 semaines 2022/2021.

-4 %

Baisse de la production en 2022, selon l’Itavi.

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

emballage alternatives végétales
La contre-attaque des alternatives végétales françaises

Si la filière viande s’est réjouie du décret interdisant steak et merguez végétaux, les entreprises françaises des…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio