Aller au contenu principal
Font Size

Filières
Les produits de qualité souhaitent renforcer leur présence en e-commerce

Fortement touchées par la mise à l’arrêt des restaurants, la fermeture des marchés et des foires ainsi que le ralentissement notable des rayons à la coupe, les filières françaises des produits label Rouge, AOP et IGP cherchent à sortir la tête de l’eau. Fedelis, qui fédère l’ensemble des ODG gestionnaires d’un cahier des charges label Rouge, IG ou STG, interpelle ainsi la grande distribution dans un communiqué en déclarant vouloir aller plus loin « pour renforcer la présence des produits label Rouge, AOP et IGP dans les rayons des magasins, mais également en drive ». « Les acteurs de ces filières souhaitent les voir figurer clairement et plus largement sur les sites de vente en ligne afin qu’ils soient facilement identifiés par les consommateurs », précise Fedelis. La fédération souligne que les filières ont dû pour certaines répondre à des hausses vertigineuses de la demande en magasins, comme les œufs label Rouge, tandis que d’autres ont au contraire, dû trouver les moyens de contenir une forte chute de consommation, comme l’agneau de Pâques.

Pour s’adapter aux contraintes imprévisibles de ce contexte inédit de pandémie, quelques-unes ont dû apporter des modifications momentanées à leurs cahier des charges. Par exemple, pour les fromages AOP, la durée de conservation du caillé par stockage au froid a pu être allongée, la date de durabilité minimale a pu être allongée de 12 à 18 mois quand l’âge maximal d’abattage des agneaux a été porté à 215 au lieu de 210 jours. Plusieurs charcuteries comme le jambon cru de Pays LR ont vu leur DLC allongée à 60 jours au lieu de 52 jours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Christian Couillieau, directeur-général d'Even. © Even
« Plus de digital, de local, de frugal »
Le monde de l’après-Covid-19 sera-t-il si différent de celui d’hier ? Christian Couilleau, directeur général du groupe coopératif…
 © vegefox.com - stock.adobe.com
Pourquoi la digitalisation de la chaîne alimentaire va s’accélérer
Selon les acteurs de l’économie numérique en agroalimentaire, le confinement a révélé de plus grands besoins des entreprises en…
La crise renforce le bio
Le boom du bio pendant la pandémie perdurera-t-il ?
Valeur refuge pendant la crise sanitaire, le bio parviendra-t-il à conserver son élan avec la crise économique qui se profile ?…
Naturalia va progressivement adapter son concept de "Marché bio" à ses magasins urbains. Huit magasins devraient ouvrir cette année sur ce format. © DR
Naturalia signe une belle progression et prépare l’après-Covid-19
Après une année 2019 exceptionnelle et des ventes soutenues pendant le confinement, la filiale de Monoprix poursuit sa stratégie…
En prenant en compte le coût du temps, cuisiner à la maison à partir d’ingrédients bruts revient plus cher qu’acheter des plats industriels. © DR
Le fait maison n’est pas toujours moins cher
Selon des chercheurs de l’Inrae, les plats faits maison ne seraient pas toujours moins chers que les plats industriels si on…
 © DR
Rachat de Leader Price par Aldi : l’Autorité de la concurrence reprend le dossier

Conclu il y a quelques mois, le rachat des 567 magasins…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio