Aller au contenu principal

Grippe aviaire : la filière volaille frappée de plein fouet

L’attaque inédite et violente d’influenza aviaire hautement pathogène touche les Pays de la Loire après la Bretagne ainsi que le potentiel reproducteur des espèces minoritaires et des labels. Elle laissera des traces en élevage, dans l’industrie et les marchés.

Grippe aviaire : la filière volaille frappée de plein fouet
© Réussir SA

Ernest Soulard, Foulon, Léon Dupont, Pineau Frères, Bodin et des dizaines de volaillers sont pris dans la tourmente de la grippe aviaire des Pays de la Loire arrivée le 26 février en Vendée. Les entreprises les plus importantes sont sérieusement touchées, comme Galliance, la branche volailles de Terrena, Arrivé (groupe LDC) ou encore le béarnais Euralis qui fait élever des canards à foie gras dans le bassin vendéen pour la restauration.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
Agricool rejoint Vif-Systems et dévoile les raisons de son échec
La start-up promouvant l’agriculture urbaine, en redressement judiciaire, est reprise par le réseau de fermes verticales VIF-…
Faute de repreneur, Matines ouvre un projet de cessation d’activités
La société Matines annonce, le 2 juin, s’engager dans un projet d’arrêt programmé de ses activités. A ce jour, seul le site…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
Avec l’arrêt de Matines, la filière œuf dans l’incertitude
Matines a annoncé jeudi l’arrêt programmé de ses activités, seul un site fait l’objet d’une procédure de reprise pour l’instant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio