Aller au contenu principal

Flambée des coûts de production
Flambée des coûts de production : l’aviculture française face à un mur

Les coûts de production des filières avicoles et cunicoles, déjà élevés, augmentent encore plus fortement dans le sillage de la guerre en Ukraine. La confédération française de l’aviculture (CFA) appelle à une répercussion impérative.

Les prix de l'aliment, déjà élevés, devraient prendre +47 % d'ici juin !

Les prix de l’alimentation des volailles pourraient progresser de près de 45 % d’ici le mois de juin, sous l'effet de la guerre en Ukraine, s’inquiète le CFA dans un communiqué. Or ils avaient déjà progressé de 40 % sur les dix sept derniers mois. L’aliment compte pour 65 % du coût de production d’une volaille. Les autres charges progressent aussi, comme l’énergie (5 % du coût de production). Les poulaillers français sont presque tous chauffés au propane. Engrais, carburants et coûts d’entretien des bâtiments ne sont pas en reste.

Répercussion impérative sur les prix des volailles

« Face à ces charges qui explosent, une répercussion des coûts de production est impérative ! Le travail des éleveurs ne peut plus être la variable d'ajustement ! » interpelle le CFA.

Le syndicat insiste aussi sur le contexte sanitaire avec l’épidémie d’influenza aviaire « qui n'était jamais arrivée avec une telle ampleur » et qui fragilise encore plus les éleveurs.

« Nos filières avicoles et cunicole françaises sont en grand danger, avec des faillites et des cessations d’activité qui vont s’accélérer. Une répercussion de l’ensemble des hausses des coûts de production doit intervenir très rapidement. Dans le contexte actuel du conflit ukrainien, l'enjeu de restaurer la souveraineté alimentaire prend toute son importance. La pérennité des éleveurs avicoles et cunicoles est nécessaire pour notre capacité à garantir les moyens de cette souveraineté. » déclare Jean-Michel Schaeffer, Président de la CFA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les abattages de vaches reculent depuis 2016.
(Mis à jour) Les cotations Gros Bovins Entrée Abattoir évoluent
Un arrêté visant à faire évoluer les cotations des Gros Bovins Entrée Abattoir vient d’être publié au JORF.
Inflation-Egalim 2 : les 4 enseignements principaux du rapport du Sénat
Dans un rapport publié le 19 juillet, la commission des Affaires économiques du Sénat n’a pas constaté de « phénomène massif de…
[Guerre Ukraine Russie] Quels pays limitent leurs exportations agricoles ?
Plusieurs pays ont mis en place des embargos temporaires sur l’exportation de certains produits agricole dans un contexte de…
La FNSEA appelle la distribution à augmenter le prix du lait
Sur Franceinfo, Christiane Lambert a appelé la distribution à augmenter les prix du lait. Elle a aussi rappelé que la sécheresse…
Preview image for the video "Bienvenue chez Le Gaulois".
Pourquoi L214 s’attaque de nouveau à la marque Le Gaulois de LDC
L’association antispéciste s’attaque de nouveau au groupe LDC pour l’inciter à signer le European Chicken Commitment.
SVA Jean Rozé arrête l’abattage rituel
Depuis le 1er juillet, la filiale d’Agromousquetaires SVA Jean Rozé a arrêté les abattages rituels, qui concernaient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio