Aller au contenu principal

Viande : des investissements à prévoir en 2024

Les investissements à l’aval de la filière viande sont nécessaires en 2024, selon l’observatoire financier des entreprises agroalimentaires du Crédit agricole.

abattage decoupe porc cooperl abattoir salaison Reussir.jpg
Les investissements sont nécessaires à l'aval de la filière viande en 2024
© Reussir

« Crise, flambée des prix des équipements, hausse des taux d’intérêt ont pu retarder un certain nombre de projets industriels. Pourtant, ces derniers devront être réalisés », a indiqué l’observatoire financier des entreprises agroalimentaires du Crédit agricole dans son dernier rapport. 

Lire aussi : Viande : Où sont les abattoirs menacés de fermeture en France, et pourquoi ?

Les investissements de la filière viande représentaient 3,1 % du chiffre d’affaires en 2022, un peu plus qu’en 2021. « En termes de ratio, la hausse généralisée des investissements constatés en 2022 a été presque totalement masquée par celle du chiffre d’affaires des industriels. » C’est uniquement en découpe que l’on observe une hausse du taux d’investissement (+2,1 du chiffre d’affaires en 2022, contre 1,5 % en 2021). 

Lire aussi : Défaillances d’entreprises : comment se portent les commerces de bouche ?

Moins de main-d’œuvre en abattoir 

Le manque de main-d’œuvre en abattoir pourrait conduire à l’automatisation des outils industriels, mais aussi à des investissements en locaux sociaux d’accueils neufs comme solution, d’après l’observatoire. L’évolution de la réglementation animale en abattoir pourrait aussi dynamiser les investissements. 

Lire aussi : Charcuterie-traiteur : trop de défaillances d’entreprises

D’importantes restructurations en charcuterie/salaison

Alors que les défaillances se sont multipliées au point d’atteindre un record en 2023, l’observatoire prône la restructuration. « Les entreprises de taille moyenne qui peinent à saturer leurs outils, à faire passer les hausses de coûts de production, à se mettre aux normes et/ou à gérer les pénuries de main-d’œuvre pourraient constituer des opportunités de croissance externe. »

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio