Aller au contenu principal

Consommation  
Produits tripiers : comment l’interprofession tente de valoriser le cinquième quartier

Chaque année, au mois de novembre, l’interprofession de produits tripiers mène une campagne pour promouvoir ces produits. La consommation d’abats perd du terrain en France. Toutefois, les Français sont les plus grands consommateurs de produits tripiers en Europe. 

 

Les professionnels proposent des recettes modernes pour revisiter les produits tripiers
© Produits tripiers

Pour la 22ème édition de “Novembre, le mois des produits tripiers” l’interprofession des produits tripiers parie sur des dégustations à l’aveugle, des « blinds tripes » dans plusieurs boucheries, restaurants et chez les détaillants de Marseille, Strasbourg, Lille ou encore Nantes pour dynamiser la consommation.  

41 % des produits tripiers consommés sont issus du bœuf  

Un peu moins d’un ménage sur deux (43 %) achetait régulièrement des produits tripiers en France selon les données de Kantar et de l’interprofession en 2021. Les achats concernaient majoritairement les produits tripiers de bœuf (41 %). Les autres produits tripiers étaient consommés dans une moindre mesure (porc 29 %, veau 25 %, agneau 5 %). Cependant, derrière ces chiffres se cache une grande disparité selon les régions. Ainsi, dans le Nord et dans l’Ouest de la France, sur 10 produits tripiers, plus de la moitié provenait du bœuf. Dans le Centre-Est,  33 % des produits tripiers consommés étaient issus du bœuf contre 32 % du porc et 30 % du veau. En revanche, dans l’Est de la France, les morceaux issus du porc arrivaient légèrement en tête (39 %), juste avant ceux issus du bœuf (37 %). Dans le Sud de la France, les consommateurs se tournaient plus vers les produits tripiers issus de l’agneau (50 %), même s'il existait des disparités (33 % dans le Sud-Est, contre 14 % dans le Sud-Ouest).    

Les produits tripiers les plus recherchés par les consommateurs  

·   Langue de bœuf   

·   Foie de veau   

·   Onglet   

·   Hampe   

·   Joue de bœuf et de porc   

L'attractivité du prix moyen des produits tripiers, 9,8€/kg contre 10,6 €/kg pour les élaborés de viandes de boucherie et 12,4 €/kg pour les viandes de boucherie hors élaborés n’est pas un levier suffisant pour faire progresser la consommation.  

Dynamiser les ventes  

Par conséquent, pour dynamiser les ventes, en plus des campagnes annuelles d’autres stratégies sont pensées. L'essentiel concerne la transformation des produits tripiers. « De plus en plus de plats cuisinés, cuits ou semi, individuels sont proposés à la vente car tout le monde n’aime pas la même partie des produits tripiers », explique Serge Nadaud, président de la confédération nationale de la triperie française (CNTF). D’autre part, l'interprofession tente de conquérir les papilles notamment des jeunes générations en proposant des snackings, des planches apéritives. Elle espère également relancer les ventes des produits tripiers en été, période de faible consommation en développant d’autres produits tels que les brochettes avec cœur de veau ou de bœuf. 

La France, premier consommateur européen de produits tripiers 

Alors que la consommation nationale est plutôt atone, “la France reste le premier consommateur de tripes à l’échelle européenne”, indique Gauthier Bodivit, secrétaire général du CNTF. Largement devant les Espagnols, les Italiens, les Grecs. Au Nord de l’Europe, la consommation de produits tripiers est particulièrement faible. La France produit en moyenne 350 000 tonnes de tripes chaque année. Dans le détail, les produits tripiers de porcs et de bovins représentent chacun 150 000 tonnes, ceux issus des veaux et des ovins chacun 25 000 tonnes. Signe que la demande nationale est dynamique, la France importe environ 100 000 tonnes en provenance de l’Irlande, des Pays-Bas, de la Belgique, du Royaume-Uni et de l’Allemagne.  

Des débouchés prometteurs en Asie 

Les marchés asiatiques comme ceux de Singapour, de Hong Kong ou de Chine sont prometteurs pour les produits tripiers”, estime Gauthier Bodivit. Sur les 150 000 tonnes exportées, près de deux tiers sont des produits tripiers de porcs exportés vers l’Asie. De nombreux asiatiques sont friands des langues, des pâtes, des têtes de cochon. Le dernier tiers des exportations est destiné aux pays européens comme l’Allemagne.  

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio