Aller au contenu principal

Développement durable
Transformation verte de Jean Hénaff, point d'étape

Pour atteindre son « objectif d’impact positif », le groupe Jean Hénaff a ouvert plusieurs chantiers dont l’un porte sur l’amélioration des conditions d’élevage et d’abattage. Il fait le point sur ses travaux.

Jean Hénaff (47 millions d’euros de chiffre d’affaires, 290 collaborateurs) s’est engagé il y a deux ans dans la transformation de son organisation vers un modèle économique durable. Par ce projet appelé Begood 2030, il vise le social, la gestion des déchets, l’environnement, etc. Mais il est un chantier plus urgent que les autres : les conditions d’élevage et d’abattage de porcs, au cœur de son activité historique. Pour cela, l’industriel a constitué une « communauté de progrès "porcs" », explique Mireille Peuziat, directrice qualité de Jean Hénaff.

Jean Hénaff a accéléré sa réflexion sur le sujet après une vidéo choc tournée en 2017 par L 214 dans un élevage qui le fournissait en vif. Le nombre de ses éleveurs fournisseurs a progressivement été rabaissé pour une meilleure maîtrise – d’une soixantaine à une vingtaine aujourd’hui – et celui des groupements réduit essentiellement à la coopérative Evel’Up (Landivisiau) et Bretagne Viande Bio. « Dans cette communauté de progrès, les maillons éleveur (vingt, dont six en bio), groupement et abattoir sont concernés avec des critères liés à l’élevage, au transport des animaux et aux conditions d’abattage », poursuit Mireille Peuziat.

Abaisser le risque de carcasses odorantes

Ces critères se répartissent en trois catégories : le bien-être animal (dix-sept), la conduite d’élevage « pour viser l’excellence » (treize) et la viabilité économique de l’exploitation (quinze). Systématiquement, des plans de progrès seront coconstruits avec l’éleveur et le groupement de producteurs. Jean Hénaff a placé sur une même ligne attentes sociétales et paramètres techniques. Premier sujet, l’arrêt de la castration. Jean Hénaff peut-il obtenir la même qualité organoleptique avec des mâles entiers ? « Nous avons lancé en 2019 un projet de recherche sur trois ans labellisé Valorial, appelé Finarbed (Favoriser l’innovation agri-agro pour l’arrêt de la castration des porcs vers un bien-être animal durable, NDLR) avec notamment Evel’Up, l’Inrae et le CEA-Tech », rappelle Mireille Peuziat.

Objectif : abaisser le risque de carcasses odorantes, savoir les détecter à coup sûr et identifier des recettes permettant de valoriser les morceaux d’une carcasse odorante acceptables pour le consommateur. Un point très sensible pour un petit industriel qui revendique la fabrication de produits « de haute naturalité ». Sur la partie élevage, des tests sont en cours sur une partie des bandes avec des modifications dans la conduite d’élevage – alimentation, ventilation, niveau sanitaire. Sans présager de l’issue de ces travaux, Jean Hénaff reste en veille sur le dossier de l’immuno-castration. Mais l’industriel compte décider de ses orientations au 1er janvier 2022, date d’application du décret ministériel qui imposera aux éleveurs de ne plus castrer à vif.

Abattage : le système Cet’automatique bientôt généralisé ?

Second sujet, l’introduction de paille dans l’élevage. Là, il ne s’agit pas de bannir le caillebotis, mais « d’avoir un stade sur paille, peut-être en gestante », précise Mireille Peuziat. Jean Hénaff étudie avec son groupement partenaire la faisabilité économique de cette orientation. L’industriel regarde également les surcoûts de la mise en place de cases plus grande au naissage (maternité-liberté) et étudie le niveau des plus-values techniques à mettre en place pour couvrir l’effort réalisé à la production. En parallèle, le groupe est adhérent du laboratoire d’innovation territorial (Lit) Ouesterel qui a pour but de bâtir, entre acteurs scientifiques (pilotage Inrae), économiques et représentants de consommateurs, des référentiels bien-être animal acceptés par tous.

Avoir un stade sur paille, peut-être en gestante

Enfin, Jean Hénaff cherche des solutions techniques pour continuer à améliorer les conditions d’abattage. L’industriel, qui traite moins de 40 000 porcs par an, s’est rapproché il y a deux ans d’une société d’ingénierie (Néotec-Vision) à l’origine d’un système automatisé de détection (Cet’automatique) du bon étourdissement de l’animal avant la saignée, en lieu et place d’un opérateur. Ce dispositif pourrait être déployé prochainement sur les chaines d’abattage. À l’annonce du plan Begood 2030 de Jean Hénaff, L 214 avait salué « cet engagement qui s’appliquera de façon progressive pour aboutir en 2030 à des conditions d’élevage au moins équivalentes à l’élevage bio ».

Quand le numérique soutient l’élevage de précision

L’innovation gagne aussi Evel’Up, seconde coopération porcine de France avec 1 000 éleveurs et 3,950 millions de porcs par an. Elle se traduit par l’introduction d’objets connectés dans les élevages pour parvenir à ce qu’on désigne comme l’agriculture de précision. Ce sont des boucles RFID qui garantissent la traçabilité des traitements antibiotiques tout au long de la vie de l’animal ou permettent d’individualiser la ration ; des caméras couplées à de l’intelligence artificielle pour détecter une pathologie et soigner avant les premiers signes cliniques visibles, etc. Evel’Up estime être au début d’un virage. Un mouvement qui pourrait s’accélérer face à la demande du marché en produits issus d’élevages tracés et vérifiés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio