Aller au contenu principal

Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un rapport du ministère. Dans le même temps, la majorité des enfants y apprécient peu les repas, que se soit à cause du goût, du bruit, ou car les quantités sont insuffisantes, révèle l’Association pour l’alimentation durable.

infographie objectifs de la loi Egalim
Les cantines scolaires n'atteignent pas les objectifs de la loi Egalim
© Les Marchés

Les cantines scolaires, comme la restauration collective dans son ensemble, n’atteignent globalement pas les objectifs Egalim. « Il n’y a pas de contrôles, car les équipes de la DGGCCRF vérifient qu’il n’y a pas de tromperie, mais pas le cadre Egalim », nous explique-t-on au ministère, avançant néanmoins qu’un travail va être mené avec les préfectures dans ce sens. 

Lire aussi : Restauration collective : les 3 points à retenir de la conférence des solutions 

Infographie sur les cantines réalisée par les Marchés en avril 2024

Marie-Pierre Membrives, qui porte le projet cantines rêvolution au sein de l’association de l’alimentation durable appuie « il y a des inégalités dans les cantines scolaires, or elles ont un rôle essentiel pour apprendre à bien manger, donner accès à une alimentation durable et saine et savoureuses aux enfants »

« il y a des inégalités dans les cantines scolaires »

L’Association présente une étude réalisée auprès des mairies par l’Institut national de la consommation. 60 % des communes répondantes assurent elles-mêmes le service de restauration. Si un repas moyen dure 45 minutes, une mairie sur dix déclare des temps inférieurs à 30 minutes, « ce qui est contraire aux recommandations, plus le nombre d’enfants augmente, moins ils ont de temps le midi », explique Sophie Rémond de l’INC.

Lire aussi : Repas végétarien : 40 % de cantines hors la loi 

Quel est le coût d’un repas à la cantine scolaire pour les mairies ?

En moyenne, le coût de revient pour les mairies d’un repas à la cantine est de 5,86 €, c’est 21 % de plus qu’en 2015, et 60 % des mairies appliquent un tarif fixe, en moyenne à 3,70 €. 47 % des repas sont préparés en laboratoire puis réchauffés, 39 % le sont directement sur place et 12 % sont livrés chauds. 

Que pensent les enfants des repas à la cantine ?

L’Association alimentation durable a porté une consultation nationale sur les cantines auprès des familles 1 avec l’Ifop. « La cantine, c’est une figure imposée », explique Marie-Pierre Membrives, 73 % des répondants y inscrivent leurs enfants car ils n’ont pas le choix.

La moitié des parents sont satisfaits de la cantine, et seulement un tiers des enfants. 

La moitié ses parents sont satisfaits de la cantine, et seulement un tiers des enfants. Pour plus de la moitié, « ça dépend des jours », et ce sont les plus grands qui en sont le moins satisfaits. La première raison qui fait que les enfants aiment la cantine, c’est pour 65 % d’entre eux, car ils apprécient de manger avec leurs copains, « il y a un vrai rôle de socialisation, mais c’est un peu dommage qu’au pays de la gastronomie, seuls 25 % répondent que c’est pour les repas » regrette l’intervenante. En revanche, parmi ceux qui n’aiment pas la cantine, ils sont 65 % à le justifier car ils n’aiment pas les repas, et 45 % car les cantines sont trop bruyantes et agitées, notamment les CP.

Lire aussi : Aide renforcée en restauration scolaire : la position de Restau’Co

La question des quantités servies à la cantine

 20 % des enfants, notamment les CM1-CM2, jugent qu’il n’y a pas assez à manger, « ce qui nous interroge par rapport aux grammages du GERMCN qui sont les mêmes pour tous les âges », pour Marie-Pierre Membrives.  Plus de la moitié des parents pensent que leurs enfants ne mangent pas assez à la cantine, 80 % d’entre eux jugent que c’est parce qu’ils n’aiment pas les plats proposés. Néanmoins, seulement un quart des enfants finissent systématiquement ou presque leurs repas. 68 % des enfants ont répondu qu’il leur arrivait, au moins de temps en temps, de manger du pain en remplacement des repas servis. 

« Les grammages du GERMCN sont les mêmes pour tous les âges »

Qu’attendent les parents de la cantine ?

La variété des repas et l’équilibre nutritionnel est au cœur des attentes des parents, qui sont plutôt satisfait. 9 parents sur 10 veulent que la cantine permette aux enfants de découvrir de nouveaux goûts… mais 83 % réclament que les plats soient simples. « Il y a un vrai appel aux produits locaux, frais et surtout au fait maison », appuie Marie-Laure Membrives. La tarification de la cantine est en revanche un sujet assez polarisé, avec la moitié des répondants qui en sont mécontents. 

Lire aussi : Cantine : en Normandie, les lycéens mangent normand

Une conférence des solutions pour la restauration collective organisée par le ministère

« La conférence des solutions a été demandé par de nombreux acteurs de la restauration collective mais aussi par le monde agricole, de façon de plus en plus insistante », explique-t-on au ministère à la veille de l’ouverture de cet événement. La conférence des solutions, organisée le 2 avril, vise à « pousser des curseurs qui ne sont pas encore assez atteints », au vu du bilan Egalim, qui montre que « aujourd’hui nous avons trop peu de sites de restauration qui complètent leurs approvisionnements sur le site macantine », regrette-on au ministère. La restauration collective est « un levier majeur pour le monde agricole, autour de la demande, qui permet de structurer des filières », nous explique la Rue de Varenne.  Autour du ministre Marc Fesneau et de la ministre déléguée Agnès Pannier-Runacher, interviendront aussi Dominique Faure (ministre en charge des collectivités territoriales) et Stanislas Guérini, en charge de la transformation publique, seront réunis des acteurs du secteur et du monde agricole. 

933 familles, un duo parent/enfant (du CP au CM2), par un questionnaire en ligne autoadministré. 

Vous pouvez télécharger notre infographie au format pdf

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio