Aller au contenu principal

Porc : pourquoi la Chine pourrait revenir aux achats en 2023

En Chine, la production de porc est baissière. Les importations sont attendues à la hausse en 2023.

© Virginie Pinson

« Les perspectives de croissance [de la production chinoise de porc, Ndlr] sont pour le moment revues à la baisse par rapport aux deux années précédentes », écrit Elisa Husson, ingénieure d’études économiques à l’IFIP, dans un article pour ABCIS paru le 1er décembre. Le marché du porc chinois semble enclin à un nouveau déséquilibre.  

Des cours qui frôlent ceux de la peste porcine africaine

Les cours sont en hausse depuis le mois de mars. Ils se rapprochent des niveaux de prix atteints au cours de l’épisode de peste porcine africaine (2019-2020). Le cours le plus élevé était de 5,26 €/kg (38,7099 CNY/kg) au 30 octobre 2019.

Le 16 novembre 2022, le cours du porc était de 3,47 €/kg (25,48 CNY/kg). Il était de 2,42 €/kg (17,82 CNY/kg) le 17 novembre 2021.
Le 16 novembre 2022, le cours du porc était de 3,47 €/kg (25,48 CNY/kg). Il était de 2,42 €/kg (17,82 CNY/kg) le 17 novembre 2021.
© Réussir SA

 

Entre mars et octobre 2022, le cours a progressé de 108 % selon ABCIS. Les prix du porc chinois ont bondi en octobre de 51,8% par rapport à l’année précédente, a annoncé le Bureau national des statistiques à Reuters. « Les observateurs notent que seule une insuffisance de l’offre peut provoquer des prix si élevés », ajoute Reuters.

Incertitudes autour de l’offre

Dans le même temps, le cheptel porcin est repassé sous les niveaux de 2021 (-2 % fin juin 2022/21). Dynamique similaire en truies. En septembre, leur nombre reste inférieur à 2021 (-2,2 %) d’après les données du ministère de l’Agriculture chinois. Il évalue le cheptel à 43 millions de têtes en septembre, contre 44,6 millions un an plus tôt. Pour Reuters, la baisse serait « plus importante que ce qui a été rapporté ». Le journal s’appuie sur les données de l’entreprise canadienne Genesus, qui vend des reproducteurs en Chine. Selon elle, le recul du cheptel de truies est estimé entre 6 à 8 millions de têtes. Toutefois, le gouvernement a annoncé une hausse de la production nationale (+6 %) au cours des trois premiers trimestres de l’année 2022 par rapport à la même période l’année dernière. Reuters table sur une hausse plus modérée au troisième trimestre (+0,7 %). Ces regains sont plutôt le résultat de la décapitalisation du cheptel par de nombreux éleveurs depuis le début de l’année, en lien avec la flambée des prix de l’aliment.

Une production annoncée légèrement à la hausse en 2023

La décapitalisation a momentanément accru l’offre sur le marché. Toutefois, cet été, l’offre s’est fortement contractée. Par ailleurs, plusieurs éleveurs ont refusé de libérer leurs porcs dans le but de faire augmenter les prix lors de la vente. Depuis, l’offre semble s’être stabilisée. « Des gains de performances techniques en élevage pourraient permettre une stabilisation, voire une légère hausse de la production chinoise 2023, mais à une vitesse bien moindre » d’après ABCIS. L’USDA table pour une croissance annuelle de 2 % en 2023.

Une consommation de nouveau dictée par le covid-19

Les Chinois demeurent d’importants consommateurs de viande de porc. Les perspectives prévoient des hausses à l’approche du Nouvel an (le 22 janvier). Toutefois, la demande des consommateurs continuera de dépendre de l’évolution de l’épidémie et surtout des politiques mises en place par le gouvernement. Ces dernières sont de plus en plus contestées. Plusieurs mouvements sociaux ont eu lieu ces derniers jours. La ministre de la Santé vient d’annoncer un assouplissement de la politique zéro-Covid. Les budgets des ménages et l’inflation sont également des données à prendre en compte.

Des prix toujours élevés

« Les prix du porc resteront élevés en 2023 en raison de la baisse de l’offre », ont indiqué dix analystes de l’industrie, agriculteurs et fournisseurs d’aliments pour animaux et de génétique à Reuters.

Des conditions de marchés favorables aux importations

Ces rebondissements devraient stimuler les importations. Dans ce sens, des industriels ont rapporté que la Chine augmenterait ses importations de porc dans les prochains mois selon Reuters. Toutefois, au cumul sur neuf mois, les importations de la Chine restent en recul (-46,6 %) sur un an. Elles atteignent près de 2 millions de tonnes contre 3,7 millions en 2021. Malgré une impulsion observée en août, les achats chinois se sont contractés en septembre selon l’article ABCIS. Reste à savoir comment le géant chinois qui souhaite s’affranchir de la dépendance alimentaire, va répondre à sa demande nationale dans ce contexte d’offre restreinte et de hausse des prix.

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio