Aller au contenu principal

BIO
Œufs bio : la production a progressé trop rapidement

La production française d’œufs bio a bondi de 15 % en 2020. Si la pandémie, en concentrant les ventes vers la consommation à domicile, a permis d’absorber une bonne part de la croissance de l’offre, le marché n’en reste pas moins déséquilibré.

Fin 2019, les opérateurs ont mis de nombreuses poulettes bio en place. En 2020, la production d’œufs de code 0 a ainsi progressé de 15 % par rapport à l’année précédente, selon le Synalaf. Une hausse de l’offre qui ne s’est pas faite sans heurts. Plusieurs opérateurs rapportaient au premier trimestre déclasser leurs œufs vers le code 1, voire changer l’alimentation des poules pour les passer en plein air. Puis est venue la pandémie. Les restaurants, peu utilisateurs d’œufs bio, ont fermé, et la consommation s’est déplacée vers le domicile, le secteur le plus friand de code 0. Les volumes vendus ont fortement progressé (+15,7 %, selon Iri ; +16,9 %, selon Kantar). Néanmoins, plusieurs opérateurs ont régulièrement rapporté aux Marchés rencontrer des lourdeurs dans le commerce, et certains estiment que le marché de l’œuf bio atteint un palier.

Beaucoup d’inconnues pour 2021

Une prudence qui se reflète dans les mises en place, stables en 2020, selon le Synalaf. Au premier trimestre, seules les bonnes ventes liées aux promotions de la Chandeleur ont permis de maintenir le marché à flot, plusieurs opérateurs rapportent désormais trouver trop d’œufs sur le marché par rapport à leurs besoins. La fermeture de toutes les cantines scolaires a aussi privé le marché d’un débouché régulier.

Pour la filière, la période est tendue, d’autant plus qu’elle est tout autant concernée par la flambée des coûts alimentaires que l’œuf conventionnel. En outre, la nouvelle réglementation bio induit de nouvelles charges qui vont s’accentuer au rythme de son application. Alors que les négociations commerciales ont été tendues avec la GMS, qui voit en l’œuf bio un produit d’appel, l’amont s’alarme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Le lait fait les frais du « bio à tout prix », selon la FRSEA des Pays de la Loire
Le syndicat agricole des Pays de la Loire déplore le début des baisses de prix du lait bio. Il accuse les entreprises et…
Des abattoirs français, espagnols, autrichiens et néerlandais déréférencés par la Chine
L'Ifip informe que certains abattoirs européens ont perdu leur agrément pour exporter vers la Chine.
Inflation générale et pénuries pour les fabricants d’aliments d’élevage
Le Snia, syndicat des fabricants d’aliments composés, annonce des hausses inévitables de l’alimentation animale et signale le…
Veau de boucherie : les prix ont résisté à l’été

Les cours des veaux de boucherie ne se sont pas effondrés cet été, contrairement aux deux années précédentes. Cette…

Lactalis a réalisé 23 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour les produits laitiers en 2020.
Le français Lactalis devient numéro 1 mondial du lait
Le chiffre d’affaires pour les produits laitiers de Lactalis a dépassé pour la première fois en 2021 celui de Nestlé, selon un…
Christophe Fénart, président-directeur général de Nutridry. © Nutridry
[Mis à jour] Nutridry rachète la société Mada Foodservice
Comme nous l'annoncions en juin dernier, Nutridry a acquis Mada Foodservice, la troisième opération depuis la création du groupe…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio