Aller au contenu principal
Font Size

Michel Lacoste, président du Cnaol : « Les AOP doivent garder une dynamique d’évolution »

Les AOP ont déjà beaucoup évolué et doivent rester à l’écoute des attentes des consommateurs et de la société, estime le président du Conseil national des appellations d’origine laitières.

Michel Lacoste, 
président du Cnaol
Michel Lacoste,
président du Cnaol
© Comité interprofessionnel des fromages AOP cantal

Comment se portent les AOP laitières françaises ?

Michel Lacoste - Globalement, alors que la fin des quotas a entraîné une forte volatilité des prix du lait conventionnel, on peut constater qu’une appellation d’origine protégée est un moyen de lutter contre la volatilité des prix et de mieux valoriser le lait. Les producteurs l’ont bien compris et les filières AOP reçoivent beaucoup d’appels d’éleveurs conventionnels. Fin 2016, à la demande du Cnaol, FranceAgriMer a intégré dans ses enquêtes mensuelles laitières une segmentation sur le prix des laits AOP. En avril 2017, une convention a aussi été signée par FranceAgriMer, l’Inao, l’Inra, l’Agence Bio et le ministère de l’Agriculture pour la création d’un Observatoire économique des signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine. À terme, les données ainsi collectées devraient nous permettre de montrer une nouvelle fois que le prix du lait AOP est déconnecté du prix du lait conventionnel et qu’une AOP permet d’apporter de la valeur ajoutée sur un territoire.

Les cahiers des charges des AOP ont beaucoup évolué et sont encore amenés à le faire. Pourquoi ?

M. L. - Depuis 1992, toutes les AOP ont beaucoup densifié leur cahier des charges. L’enjeu était leur reconnaissance au niveau européen. Il fallait prouver à tous les pays de l’Union européenne que la typicité d’une AOP est liée à son terroir et aux savoir-faire ancestraux de tous les opérateurs de la filière. Ce travail a été fait, et aujourd’hui l’Europe s’est approprié les AOP et les défend auprès de toutes les instances internationales. Mais nous devons rester dans une dynamique d’évolution. L’environnement et les attentes sociétales évoluent en permanence. On parle de plus en plus d’agroécologie, de pâturage, de bien-être animal, d’homéopathie… Les filières AOP sont plutôt en avance sur ces thèmes, mais nous ne devons pas perdre cette avance et réfléchir aux moyens de répondre à ces nouvelles attentes. Certaines AOP envisagent déjà fortement de réouvrir leurs cahiers des charges.

Où en est l’utilisation des règles de régulation de l’offre ?

M. L. - Le Cnaol s’est battu pour que la possibilité de réguler l’offre de fromage soit inscrite dans le paquet Lait et élargie à toutes les filières AOP. Actuellement, huit filières AOP ont mis en place des règles de régulation de l’offre. Il s’agit pour l’instant de filières de l’Est de la France, qui avaient à proximité l’exemple du comté et du beaufort avec des plans de campagne pour réguler les volumes de fromage. Toutes sont satisfaites du dispositif. Un objectif essentiel pour le Cnaol est donc de prolonger ce dispositif au-delà de 2020 et de l’améliorer. Nous travaillons avec les filières italiennes. Un autre axe pour le Cnaol est d’accompagner les filières qui n’ont pas encore mis en place des règles de régulation de l’offre. Enfin, nous souhaiterions que ces règles permettent aussi de réguler les volumes de lait.

Le Cnaol soutient aussi le programme de recherche MétaPDOCheese. Pourquoi ?

M. L. - L’utilisation de lait cru est un axe fort d’identité des AOP. Le programme MétaPDOCheese vise à mieux connaître la flore microbienne du lait cru et des fromages, essentielles au plan sanitaire et organoleptique, et demain peut-être à pouvoir piloter ces flores lors de la fabrication des fromages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

 © Annick Conte
Viandes : Fedev se projette dans la « France neutre en carbone de 2050 »

La fédération des industriels et grossistes des viandes de boucherie Fedev estime, dans son bulletin hebdomadaire du 17…

 © DR
Lait : prix en forte baisse aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande

Le prix du lait payé aux producteurs américains et néozélandais est en chute libre, selon Jean-Marc Chaumet, économiste à…

 © DR
Pour faciliter les marchés publics

Dans le Journal officiel de ce jour figure le…

Bruno Dufayet, président de la FNB, prévient "certaines entreprises et coopératives" d'une "attitude dangereuse" pour la filière bovine. © DR
Prix des gros bovins : la FNB en appelle à « certains opérateurs »

La Fédération nationale bovine (FNB) fait savoir par voie de presse que « certains opérateurs semblent ne pas avoir…

La DGCCRF informe clairement les acteurs du secteur agricole sur les exigences de respect du droit de la concurrence.  © Réussir
Un guide du droit à la concurrence dans le secteur agricole

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a mis en ligne sur…

Boursin se lance au rayon traiteur avec 10 références

La marque de fromage frais Boursin (groupe Bel) arrive pour la première fois au rayon traiteur avec une gamme de « …

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio