Aller au contenu principal

Protéines végétales
Les produits végétaux de substitution : une menace pour le marché bio ?

Protéines végétales
© anaumenko - stock.adobe.com

Si le marché mondial du bio bénéficie d’une belle embellie ces dernières années, il doit néanmoins faire face à d’importants défis. La concurrence avec l’offre végétale de substitution s’accroit. Initialement commercialisés avec l’étiquette sans produits laitiers ou sans composant animal, les ventes de ces produits ont explosé ces cinq dernières années. Entre la gamme de crevette à base d’algues lancée par l’entreprise américaine New Wave Food, les œufs fabriqués à partir de protéines végétales et le fameux Beyond Burger, les idées innovantes affluent aux Etats-Unis mais aussi en Asie. En Chine, à Hong Kong et à Singapour la firme Omnipork a misé sur la cuisine asiatique pour lancer sa gamme de dim sung et de boulettes asiatiques d’origine végétale.

Le développement de cette offre pourrait toutefois être une menace pour le marché bio. En effet pour Amarjit Sahota, président de l’agence Ecovia Intelligence, les raisons qui poussent les consommateurs à acheter les produits bios et les produits végétaux de substitution sont les mêmes : santé, bien-être animal et respect de l’environnement. Or, les consommateurs qui veulent acheter des produits éthiques et sains peuvent toujours consommer des produits de substitution à la viande sans pour autant acheter du bio.

Si en Allemagne environ 70 % de l’offre végétale est labellisée bio, ce n’est pas le cas ailleurs dans le monde.« Aux États-Unis, 90 % de l’offre végétale ne porte aucun label bio, tout comme au Royaume-Uni ou dans plusieurs pays asiatiques », conclut Amarjit Sahota, lors de la conférence "World of organic" dans le cadre du salon international Biofach vivaness tenu le 17 février.

 

Parcourir aussi notre dossier : Les investissements dans les protéines de laboratoire se multiplient

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Serge Papin a rendu ce jour son rapport à Julien Denormandie et à Agnès Pannier-Runacher. © agriculture.gouv.fr
Serge Papin propose « un prix garanti cour de ferme »

Ex-patron de Système U, et missionné par le gouvernement pour améliorer le cadre des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio