Aller au contenu principal
Font Size

Les meuniers transpirent, les fabricants d'aliments sourient


> Les pluies et le froid ont dégradé la qualité boulangère des blés.
La moisson 2014 a donné moins de blés panifiables et une abondance de blés fourragers. Situation compliquée dans la meunerie, plus détendue dans l'alimentation animale.

Les pluies incessantes de l'été et quelques coups de froid, à l'est d'une ligne allant de Caen à Toulouse ont provoqué la germination sur pied des blés, plus particulièrement dans le quart Nord-Est. Ce qui a pu dégrader leur amidon. Une farine constituée de tels blés donne une pâte trop collante pour être facilement panifiable. Les blés récoltés cette année sont aussi dans l'ensemble pauvres en protéine. Au pied des silos c'est l'effervescence : il faut trier cette collecte hétérogène. Même fébrilité au sein des moulins où les techniciens enchaînent les tests de qualité et de panification, à cette période déjà avancée de l'année. Premiers retours à la fin du mois, prévient Céline Paris, responsable marketing chez Banette, sans cacher que cette récolte est « beaucoup plus technique » et demandera des « mesures correctives ». La société Eurogerm, qui aide les meuniers à optimiser leur qualité, prédit que ceux-ci auront d'importants besoins de soutien technique cette année.

L'Ouest mieux loti que l'Est

Fait peu ordinaire, l'Ouest est cette année mieux loti que l'Est. Franck Bourseau, meunier dans les Pays de la Loire, en témoigne, à la nuance près que la Minoterie Bourseau devra enrichir de gluten sa « farine tradition » afin d'offrir aux boulangers la résistance de pâte à laquelle ils sont habitués. « Les coûts de correction seront légèrement au-dessus de l'an dernier, dans la fourchette haute », prédit-il. Les primes à la qualité du blé grimpent et risquent de renchérir les coûts de production.

La bonne nouvelle pour l'alimentation animale est l'abondance de blé fourrager, ainsi que le bas prix des issues de meunerie. Cela « va modérer les prix des aliments composés », convient-on chez Coop de France Nutrition animale et Nutrinoë (association de fabricants de Bretagne). Avec cette mise en garde des impatients : d'autres matières premières interviennent et la profession jouera son rôle de lissage des fluctuations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio