Aller au contenu principal

Porc
Les éleveurs de porcs du Grand-Ouest lancent un avertissement à l’aval de la filière

Les syndicats agricoles majoritaires de Bretagne et des Pays de la Loire reprochent aux abatteurs et distributeurs un prix « déconnecté des autres places européennes ».

© réussir

Mis à jour avec le prix allemand de la semaine

« L’aval de la filière joue dangereusement avec l’avenir de la production française ! », avertit un communiqué des FRSEA et JA de Bretagne et des Pays de la Loire. Le syndicalisme exprime son refus de voir les aides conjoncturelles profiter aux abatteurs ou distributeurs. Le communiqué souligne que le prix français du 29 avril était inférieur de 13 cts à la référence allemande et de 9 centimes à la référence espagnole. A noter que cette semaine la référence allemande a perdu 15 centimes. Admettant que le prix de la carcasse avait significativement augmenté en mars, le syndicalisme déplore une stagnation depuis un mois. Or, l’aliment augmente fortement depuis le début de la guerre en Ukraine, laissant appréhender un coût de production de 2 euros dans les prochaines semaines, selon le communiqué.

Aller sur le Marché du porc breton

Les syndicats attendent des groupements de producteurs qu’ils renforcent significativement leurs apports au Marché du porc breton (MPB) « pour inciter les acheteurs à se rapprocher des prix des autres places européennes ». Ils déplorent « l’appauvrissement du catalogue du MPB », qui contribue selon eux « à scléroser dramatiquement la cotation française ».

Les éleveurs ont obtenu des aides de l’Etat pour compenser en partie leurs pertes financières subies de septembre 2021 à février 2022. Celles-ci sont temporaires et ont vocation à limiter l’hémorragie chez les éleveurs, rappellent les syndicats. « Seul un prix de marché en cohérence avec la dynamique européenne et l’envolée des charges contribuera à maintenir la production pour assurer la souveraineté alimentaire et le renouvellement des générations », conclut leur communiqué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Qui sont les premiers producteurs de poulet et de dinde en Europe ?
La Pologne domine la production européenne de poulet et l’Allemagne celle de dinde, malgré les replis enregistrés en 2021.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio