Aller au contenu principal

Inflation-Egalim 2 : les 4 enseignements principaux du rapport du Sénat

Dans un rapport publié le 19 juillet, la commission des Affaires économiques du Sénat n’a pas constaté de « phénomène massif de hausses suspectes des tarifs fournisseurs ». Au contraire, elle pointe du doigt les distributeurs.

© V. R.

La Commission des Affaires économiques du Sénat a approuvé, le 19 juillet, le rapport d’information sur l’inflation et les négociations commerciales.

Quelles sont les quatre principales conclusions des sénateurs ?

  • 1 – Pas de phénomène généralisé de hausses abusives

Dans leur rapport, les sénateurs "n'ont pas observé, au-delà de [quelques] cas particuliers, un phénomène généralisé de hausses abusives", écrit le groupe de suivi de la loi Egalim.

 

  • 2- Des hausses dans les rayons mais pas sur les tarifs d'achat

A l'inverse, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a recensé des hausses de prix dans les rayons de la part de "certains distributeurs", alors qu'ils "n'avaient pas signé de hausse de tarif d'achat du produit avec le fournisseur". Des pratiques "facilitées par le fait que les consommateurs s'attendent, de toute façon, à constater une forte inflation dans les rayons".

  • 3- Constat partagé sur les hausses des matières premières

Le rapport sénatorial relève des chiffres d'inflation des matières premières "particulièrement impressionnants", citant une augmentation du prix du verre de 45%, du carton de 60%, des céréales de 75% et juge qu'il n'est, à ce titre, "pas étonnant que les demandes de hausse des tarifs émanant des industriels soient particulièrement élevées".

  • 4- Manquement dans le suivi des renégociations

Les sénateurs ont également regretté un "manque d'implication de la part du gouvernement dans le suivi des négociations commerciales, une fois qu'il a oeuvré à leur réouverture". Alors que représentants agricoles, agro-industriels et distributeurs se réunissent tous les jeudis depuis mars pour suivre l'avancée des négociations commerciales entre les acteurs privés, "selon plusieurs professionnels entendus", l'utilité du comité de suivi des renégociations commerciales "est loin d'être évidente puisque aucune décision n'y est actée", rapportent les sénateurs.

L'avancement des renégociations entamées depuis mars est encore « très hétérogène selon les distributeurs », juge le Sénat. Certaines centrales d'achat "auraient refusé totalement la hausse de tarif demandée dans plus d'un tiers des cas, et ne l'aurait acceptée entièrement que dans moins de 10% des cas", selon le rapport des sénateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Infographie sur les pénuries dans l'alimentaire parue dans Les Marchés Mag de septembre 2022
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Combien l’Europe a perdu de bovins et de porcs en un an ?
La décapitalisation du cheptel bovin et la forte tension en production de porc liée à l’envolée de l’aliment et aux contraintes…
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio