Aller au contenu principal

Importations ukrainiennes : Strasbourg donne de l’espoir aux filières céréales, miel, sucre, œufs et volailles

Les eurodéputés ont amendé la proposition de la Commission européenne concernant la prolongation jusqu’en juin 2025 des mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine, pour prendre en compte le cas des céréales et faire évoluer les clauses de sauvegardes.

douaniers devant un camion
Un amendement qui revoit les seuils de sauvegarde à la baisse a été adopté hier à Strasbourg
© Généré par l'IA

La Commission européenne a adopté la prolongation jusqu’en juin 2025 des mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine le 7 mars dernier, au grand dam des filières agricoles

Céréales et miel, des produits sensibles aux importations ukrainiennes

Mais les eurodéputés ont finalement adopté, hier à Strasbourg, un amendement qui propose d’inclure les céréales (blé, orge, avoine, maïs) et le miel aux produits sensibles qui disposent d’un système de frein d’urgence, qui permet de rétablir les droits de douanes au-delà d’un seuil d’importation

Des seuils d’importation revus à la baisse

Autre mesure adoptée, celle d’inclure l’année 2021 dans le calcul de la période dé référence, en plus de 2022 et 2023. Un compromis pour les filières volailles et œufs qui demandaient que les périodes de référence soient calculés sur les volumes d’avant la guerre, soit 90 000 tonnes de volailles, contre 200 000 tonnes sur les périodes 2022/2023. Pour rappel, l’UE a acheté 7 fois plus d’œufs ukrainiens en 2023 qu’en 2021

Lire aussi : De la dinde ukrainienne en rayon  

L’interprofession française rappelait d’ailleurs dans un communiqué que « la suppression des droits de douane jusqu’au seuil de 200 000 tec revient à offrir à un seul et même groupe volailler industriel, coté en bourse à Londres et dont le siège est basé à Chypre, l’opportunité de continuer à inonder le marché européen et à développer son activité dans un pays en guerre, au détriment de la production locale française et européenne ».

Lire aussi : Poulet ukrainien : « il est impératif de revenir à des quotas »

Dans l’attente de la conclusion d’un accord

A présent, des négociations interinstitutionnelles devraient s’engager très rapidement avec le Conseil de l’UE (potentiellement dès jeudi) afin de parvenir à un accord. Ce résultat devrait satisfaire les organisations et coopératives agricoles de l'UE (Copa-Cogeca) qui ont manifesté devant l'hémicycle le 12 mars pour l'inclusion de ces secteurs et la modification de la période de référence.

Avec Agra

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio