Aller au contenu principal

Étiquetage de l’origine en restauration : que se passera-t-il après le 29 février ?

L'obligation légale d’étiquetage de l’origine des viandes de volaille, porc et mouton en restauration n’est pour le moment prévue que jusqu'au 29 février 2024.  

étiquetage
L'obligation d'étiquetage pourrait prendre fin le 29 février.
© Adocom

« Le 29 février 2024, le décret imposant aux établissements de restauration proposant des repas sur place ou à emporter, d’indiquer aux consommateurs l’origine des viandes de volaillesporcs et moutons qu’ils mettent à leurs menus pourrait prendre fin », a regretté Patrick Pageard, président du comité interprofessionnel de la dinde française à l’occasion d’une conférence de presse organisé par l’Anvol mardi 20 février. De quoi davantage crisper la filière volaille française terrassée par les importations, notamment de poulet. Ainsi un poulet sur deux est issu de l’importation en RHD.  

Lire aussi : Origine des viandes dans les dark kitchen : que dit le nouveau décret ? 

Pérenniser et étendre l’obligation d’étiqueter l’origine 

Pour l'interprofession de la volaille de chair, cette possibilité est inenvisageable. Son président Jean-Michel Schaeffer a « bon espoir que le décret soit pérennisé dans les prochains jours ». Pour autant, il ne veut pas se limiter au maintien de la mesure. C'est ce qu’a expliqué Yann Nédelec, directeur de l’interprofession, il faut « étendre l’obligation d’étiqueter l’origine à la viande en tant qu’ingrédient pour que l’ensemble des produits élaborés et transformés soient également concernés ». Aujourd’hui, « seulement 15 %1 des restaurants répondent à l’obligation légale [...] La filière demande que l’identification soit claire et précise et indique le pays d’origine de la volaille et non une zone géographique, comme “origine UE ou non UE”. Il en va de la transparence et de l’information due aux consommateurs », a ajouté Yann Nédélec.  

Lire aussi : Poulet : l’importation profite de la demande en hausse  

« Seulement 15% des restaurants répondent à l’obligation légale », Yann Nédélec.  

Lire aussi : Poulet : combien faudrait-il investir pour reprendre des parts de marché à l’importation ? 

Les consommateurs s’intéressent à l’origine de la volaille 

D’ailleurs, 87% estiment que le logo Volaille Française incite à choisir les viandes sur lesquelles il est apposé et 82 % pensent qu’il incite à se rendre dans les lieux de restauration qui l’affichent2« Anvol les encourage à systématiquement s’informer sur l’origine des viandes qu’ils consomment afin d’éclairer leur choix », a expliqué le directeur de l'interprofession de volaille de chair. 

Lire aussi : Poulet importé : “la souveraineté alimentaire est toute autant française que communautaire” 

L'Etat doit contrôler l’application de la loi 

« Si l’obligation n’est pas respectée, c’est avant tout par manque d’information [...] ce décret doit absolument être accompagné d’un dispositif de communication et de contrôles pour que la souveraineté alimentaire ne reste pas un vain mot ». La filière tente aussi de son côté de multiplier les actions « pour diffuser largement cette information et l’accompagner d’une démarche autour de son logo « Volaille française », ajoute Yann Nédélec.  

 

1/ Etude Roamler réalisée pour l’Anvol et l’APVF au printemps 2023 auprès de 380 établissements français de restauration, chainés ou indépendants.  

2/ APVF Opinion way 2022.  

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio