Aller au contenu principal

Comment Rivazur Cakes réduit ses emballages plastiques

La PME de Seiches-sur-le-Loir, en phase de croissance et d'investissement, progresse dans l'allégement et la réduction de l'impact de ses films plastiques.

La société Rivazur Cakes, qui produit à Seiches-sur-le-Loire (49) des gâteaux aux fruits ou chocolatés, a formalisé en 2021 sa démarche RSE dans le cadre de l'obtention du label PME+. Elle travaillait déjà depuis plusieurs années sur l'amélioration nutritionnelle de ses recettes, via la réduction du sucre, du sel, l'enrichissement en fibres, mais aussi la suppression progressive d'ingrédients polémiques. Elle est ainsi en cours d'élimination d'un additif controversé, les pyrophosphates de sodium, dans ses poudres levantes. Elle a aussi entamé la suppression d'émulsifiants dans certaines recettes de produits à sa marque Rivazur Cakes.

La PME travaille sur la réduction du plastique

Le sujets des emballages est une autre préoccupation de l'entreprise et de son dirigeant Jean-Philippe Pasquier. Après avoir avancé sur le carton, en utilisant un produit recyclé et des encres végétales pour l'impression, Rivazur Cakes a intensifié depuis 2020 son travail sur la réduction du plastique. « Ce sujet est de plus en plus prégnant et la demande de nos clients est forte », rapporte Jean-Philippe Pasquier. Le fabricant de cakes a diminué le poids de plastique par UVC et l'épaisseur des films. Sur un produit comme le marbré vendu dans son moule de cuisson, il est parvenu à réduire d'un tiers le poids du film, économisant 2,5 tonnes de plastique sur ce format. Rivazur Cakes n'utilise plus que du polypropylène et a supprimé tous les films non mono matières, qui perturbent les chaînes de tri. Dans la même optique de faciliter le recyclage, la PME avance sur le désencrage des films. L'objectif fixé pour 2024 est l'utilisation de films OPP incorporant 30 à 70 % de matières végétales issues de la biomasse. Outre la bonne conservation des produits, l'impact financier de ces choix est dans le viseur du chef d'entreprise. L'idée est que « les gains de quantités consommées viennent compenser les surcoûts des nouveaux matériaux », précise Jean-Philippe Pasquier.

Un contexte de croissance et d'investissements

Rivazur Cakes a connu ces dernières années une progression des volumes à deux chiffres, notamment portée par le segment des mini cakes en MDD. L'entreprise a aussi renforcé la présence dans les linéaires de la GMS de sa marque Rivazur Cakes, en particulier chez les indépendants, et profité du redécollage du catering aérien avec sa marque snacking Yam. Après un chiffre d'affaires de 15 M€ en 2022, la société devrait terminer l'année à 18 – 19 M€, indique Jean-Philippe Pasquier. Elle a finalisé en avril dernier une extension de 1 600 m² pour accueillir une nouvelle ligne de production et agrandir sa zone de stockage et expédition. Rivazur Cakes a également investi dans les process : la salle de mélange des pâtes a été reconfigurée avec l'ajout d'un quatrième batteur, de grande capacité, et une nouvelle installation de dosage automatisée. L'investissement global, en incluant de nouveaux bureaux, est supérieur à 4 M€. A l'été 2025, l'usine de 6 200 m² accueillera dans son extension une nouvelle ligne de mini cakes entièrement automatisée.

 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio