Aller au contenu principal
Font Size

Certification
AB et HVE : une histoire mouvementée

Agriculture biologique et Haute Valeur environnementale sont aujourd’hui considérés comme deux labels officiels complémentaires, mais cela n’a pas toujours été le cas.

Cette année, la filière pomme du Limousin AOP entend certifier 100 % de ses vergers HVE. Plus de 20 % d’entre eux sont en agriculture biologique.  © Claire Tillier
Cette année, la filière pomme du Limousin AOP entend certifier 100 % de ses vergers HVE. Plus de 20 % d’entre eux sont en agriculture biologique.
© Claire Tillier

Depuis la création de la certification Haute Valeur environnementale (HVE) en 2008, sa cohabitation avec le label officiel de l’agriculture biologique (AB) n’a pas été un long fleuve tranquille. Pour rappel, la HVE avait été créée pour valoriser les pratiques agroécologiques de certains vignerons qui ne pouvaient pas passer en agriculture biologique. Dès le début, pourtant timide de la certification environnementale, le secteur biologique était sur ses gardes.

En 2009 par exemple, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) s’inquiétait d’une « dénaturation de la HVE ». « La qualification Haute Valeur environnementale vient d’être dénaturée par le vote des sénateurs », indiquait-elle, en demandant aux parlementaires de « rester vigilants à ne pas confondre les intérêts marketing de ceux qui sont le plus enclins à communiquer avec l’engagement de ceux qui s’engagent véritablement à changer leurs pratiques telles que le réclame la société. »

« HVE : les bios redoutent les distorsions », pouvait-on aussi lire en septembre 2010 dans FLD à la suite de l’assemblée générale du Synabio où « la certification HVE avait été au centre des débats » ; le Synabio jugeant que « le terme HVE lui-même » était « source de confusion ».

Valoriser des pratiques agroécologiques différentes

Dix ans plus tard, le secteur biologique est lui aussi critiqué. La préservation de l’environnement est devenue une préoccupation majeure dans les attentes sociétales, et la notion de HVE a gagné du terrain. Désormais, les acteurs du bio s’engagent aussi dans la HVE, présentée comme une certification complémentaire. Pour un agriculteur en bio, s’engager dans la certification HVE lui permet par exemple de valoriser ses efforts en matière de biodiversité et de maintien des éléments naturels (haies, arbres…) dans son exploitation.

« Bio et HVE permettent de valoriser des pratiques agroécologiques différentes, mais complémentaires qui concourent toutes à une amélioration de l’impact de l’activité agricole sur l’environnement », résumait, en 2016, le ministère de l’Environnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Christian Couillieau, directeur-général d'Even. © Even
« Plus de digital, de local, de frugal »
Le monde de l’après-Covid-19 sera-t-il si différent de celui d’hier ? Christian Couilleau, directeur général du groupe coopératif…
Passation de pouvoirs ce matin entre Didier Guillaume et Julien Denormandie devant le ministère de l'Agriculture. © Ministère de l'Agriculture
Julien Denormandie promet d’accompagner les industries agroalimentaires 

« Comptez sur moi pour que l’agriculture et l’alimentation soient des éléments importants du plan de relance que…

La crise renforce le bio
Le boom du bio pendant la pandémie perdurera-t-il ?
Valeur refuge pendant la crise sanitaire, le bio parviendra-t-il à conserver son élan avec la crise économique qui se profile ?…
Naturalia va progressivement adapter son concept de "Marché bio" à ses magasins urbains. Huit magasins devraient ouvrir cette année sur ce format. © DR
Naturalia signe une belle progression et prépare l’après-Covid-19
Après une année 2019 exceptionnelle et des ventes soutenues pendant le confinement, la filiale de Monoprix poursuit sa stratégie…
En prenant en compte le coût du temps, cuisiner à la maison à partir d’ingrédients bruts revient plus cher qu’acheter des plats industriels. © DR
Le fait maison n’est pas toujours moins cher
Selon des chercheurs de l’Inrae, les plats faits maison ne seraient pas toujours moins chers que les plats industriels si on…
Didier Perréol, président du Synabio. © Ekibio
[Covid-19] « À chaque crise, les produits issus de l'agriculture bio servent de repère »
La consommation de produits biologiques a connu un fort dynamisme lors de l’épidémie de coronavirus. Comment expliquer cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio