Aller au contenu principal

L’avis du directeur de Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial.
© Valorial

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de paradigme à venir en matière d’innovation, compte tenu de la crise sanitaire ?

Jean-Luc Perrot : La contrainte économique sera un paramètre nouveau pour tous. Les efforts ont porté ces dernières années sur la montée en gamme des produits dans un mouvement de « prémiumisation » de l’offre. Valorial labellise environ une trentaine de projets par an pour un investissement moyen de 500 000 à 5 millions d’euros pour des objectifs à moyen terme. Mais il y a déjà des signaux faibles qui nous font penser que demain, on pourrait assister à une diversification des projets avec des objectifs à la fois court et moyen terme, et au renforcement de la thématique compétitivité-prix. En cela, viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi.

LMH : Mais la crise économique qui pointe ne risque-t-elle pas de freiner les investissements dans l’innovation ?

J-.L. P : C’est vrai qu’il y a beaucoup d’incertitudes sur la situation économique à venir et sur la capacité des opérateurs économiques à innover. Je veux souligner ici un point : il me semble dangereux de sacrifier la recherche et développement, demain, à l’aune de la situation économique. Dans les secteurs industriels, l’innovation constitue le véhicule indispensable pour que l’économie rebondisse. Dans une communication récente faite à l’Association européenne des clusters, Thierry Breton, commissaire européen chargé de la politique industrielle, ne disait pas autre chose. Pour lui, c’est l’innovation qui permettra à l’économie européenne de se redresser.

LMH : L’innovation ne va-t-elle pas changer de visage demain ?

J.-L. P. : Chacun des projets labellisés par Valorial réunit déjà au minimum 2 ou 3 acteurs économiques, voire 8 ou 9 pour des consortiums qui ont pour objectif de développer un contenu de connaissances avant de développer des projets spécifiques dans un second temps. Demain, on peut effectivement imaginer une plus grande mutualisation des projets dans le but de répartir les coûts. De ce point de vue, Valorial lance cet été une enquête auprès d’un certain nombre d’entreprises (30 à 50) pour connaître leurs ambitions en la matière. L’enquête arrivera fort à propos, au moment où les entreprises budgètent leurs comptes pour l’exercice suivant. En revanche, il me paraît difficile d’imaginer l’externalisation du processus d’innovation pour en réduire les coûts. On peut externaliser des processus normés, beaucoup plus difficilement l’innovation qui doit rester une fonction souveraine de l’entreprise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Restauration Covid
Les fournisseurs de la restauration dans la tourmente
Les fournisseurs de la restauration commerciale sont dans une situation très préoccupante à cause de la fermeture du secteur.…
Antoine Quentin, directeur des affaires publiques de l'Ania © Ania
[Confinement] Aide aux fournisseurs de la restauration : on vous explique tout !
Les fournisseurs de la restauration peuvent bénéficier d’exonération de charges sociales et patronales, d’un accès au fonds de…
Quelle croissance pour la distribution de produits bios en 2023 ?

La société d’études Xerfi a élaboré deux scénarios de croissance pour les distributeurs sur le marché alimentaire des…

 © Bercy
Relocalisation industrielle : neuf projets dans l’agroalimentaire

Bercy a annoncé ce matin les premiers résultats de son appel à manifestation d’intérêt pour renforcer la résilience…

Bannière
« Plus près de vous et de vos goûts » : une bannière pour les produits frais et locaux

Julien Denormandie avait commencé à annoncer ce week-end le lancement d’une bannière « Plus près de vous et de vos goûts…

"On fera tout pour que tout le monde soit encore là en 2021" a déclaré Stéphane Layani, président du Min de Rungis, ce matin à la presse. © B. C.
[Confinement] 200 entreprises de Rungis sont en difficulté

Environ 200 entreprises de Rungis (sur les 1200 que compte le marché francilien) sont « plus en difficulté que les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio