Aller au contenu principal

Dinde
Un marché européen bouleversé par le coronavirus

La filière européenne de la dinde, frappée de plein fouet par la crise actuelle, a subi des dégradations de tarifs marquées pendant le confinement.

Evolution de la cotation de la dinde en Pologne

L’Allemagne et la Pologne, les deux premiers producteurs de dinde en Europe, possèdent des marchés étroitement liés. Notre voisin germanique exporte des poussins femelles vers la Pologne pour l’engraissement. « Ces animaux sont ensuite réexportés vers des abattoirs en Allemagne ; ce qui explique l’écart observé entre la production intérieure brute allemande (à seulement 377 700 tonnes en 2019) et la production nette (à 474 400 tonnes en 2019) », considère Margit Beck, responsable des analyses du marché œufs volailles allemand à Meg. Les importations allemandes en vif s’élevaient ainsi à 99 000 tonnes l’an dernier, en hausse de 37,7 % sur cinq ans et majoritairement en provenance de la Pologne.

Des prix dépréciés en 2020 face à la Covid-19

Pour ce qui est des importations de viande de dinde, de janvier à mai 2020, les achats allemands s’élevaient à 43 000 tonnes, dont 21 000 tonnes polonaises, selon les données de Meg. Ces produits importés sont principalement commercialisés dans le secteur de la restauration hors domicile. Un débouché qui représente une part importante du marché intérieur. Or, la fermeture des restaurants et des collectivités à la suite de la crise sanitaire liée au coronavirus a provoqué une chute de la demande en viande de dinde ; ce qui n’a pas pu être compensé par la hausse de la consommation à domicile. De quoi entraîner l’effondrement des prix aussi bien en Allemagne qu’en Pologne. Le cours polonais de la dinde a ainsi dégringolé d’environ 17 % entre mars et mai. Par ailleurs, en raison de multiples cas de covid-19 détectés dans les abattoirs allemands, plusieurs entreprises ont procédé à des tests de dépistage sur leurs employés ; des investissements qui ont contribué à faire augmenter les coûts de production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

 © Pixabay
Volaille : des achats plus élevés par rapport à 2019

En cumul des sept premiers mois de l’année, les achats des ménages pour une consommation à domicile en volaille restent…

La production de poulet augmente où la PPA sévit. © Armelle Puybasset/Réussir
Marché compliqué de la volaille selon Rabobank

Un rapport de Rabobank anticipe le contexte mondial du marché de la volaille pour la fin 2020 et le début 2021. Les…

Lapins : vers encore moins de disponibilités en 2020

Les vagues de chaleur en juillet et août auront impacté la production de lapins en France. Selon les opérateurs du…

 © Pascal le douarin
Volaille : baisse des coûts de l’aliment en juillet

Le repli des cours céréales et des oléagineux lissés sur trois mois en juillet 2020 s’est traduit par la baisse du coût…

 © CNPO
Œufs : un effet rentrée un peu plus sensible

Calibré : L’effet rentrée semblait plus marqué en milieu de semaine. Détaillants, grossistes et centres…

 © CNPO
Œufs : l’industrie dans l’incertitude 

Calibré : Le marché du calibré restait peu évolutif. Si certains opérateurs constataient de bonne ventes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio