Aller au contenu principal

Cotations
Produits laitiers : pourquoi l’Europe résiste au tassement mondial des prix

Alors que le retrait de la demande chinoise plombe le marché mondial, l’Europe résiste encore.

© Stéphane Leitenberger

Les prix des produits laitiers demeurent assez fermes sur le marché européen, divergeant des baisses affichées en Océanie, notamment lors de la dernière séance d’enchères sur Global Dairy Trade.

Car ce qui oriente le marché européen, ce n’est pas tant la demande que l’offre, qui reste très mesurée. Les collectes allemandes, français et néerlandaises restaient sous leur niveau de l’an dernier en mars, et la production irlandaise avait aussi marqué le pas ce mois-là. Comme l’Europe produit peu, elle est peu à l’export et est donc moins touchée que la Nouvelle-Zélande par la chute de la demande chinoise en lien avec les confinements et la politique zéro-Covid du pays. 

Pas de reprise de la production attendue en Europe

Si les prix du lait conventionnel progressent partout dans l’Union, les coûts de production flambent aussi en lien avec la guerre en Ukraine : engrais, énergie et bien sur alimentation animale. Les opérateurs devraient donc distribuer moins de concentrer ce qui va limiter la production dans les semaines à venir. La météo est aussi source d’inquiétude, avec déjà un temps sec en France.

Des prix des ingrédients laitiers toujours élevés

C’est donc dans ce contexte que les prix européens en général et français en particulier sont restés fermes avec les dernières cotations Atla stables à haussières. Le déficit en matière grasse reste important, notamment en beurre, les industriels privilégiant toujours la crème, des hausses sont donc encore possibles malgré le niveau hors-norme des prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Qui sont les premiers producteurs de poulet et de dinde en Europe ?
La Pologne domine la production européenne de poulet et l’Allemagne celle de dinde, malgré les replis enregistrés en 2021.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio