Aller au contenu principal

Gros bovins
Prix records pour les vaches et les jeunes bovins

Les cours de bovins finis ont continué de monter durant l’été, entre tensions sur l’offre et bonne demande, que ce soit en France ou sur le marché européen.

Evolution de la cotation de la vache viande R
© Les Marchés

À 4,21 euros le kilogramme en semaine 33, le cours de la vache « viande R3 » entrée abattoir, communiqué par FranceAgriMer, atteignait un plus haut depuis des années, 1,7 % au-dessus de son précédent record de la même période, en 2015 et, respectivement, 2,5 % et 11 % au-dessus de ses niveaux de 2020 et 2019. Pourtant, les disponibilités sont au rendez-vous. « Sur les semaines 29 à 32, les abattages de vaches allaitantes dépassaient de 1 % leur niveau de 2020 et de 3 % celui de 2019, rapporte Caroline Monniot de l’Idele, s’appuyant sur les données Normabev. Mais la demande est plus présente, les grandes enseignes ont recentré leur offre sur les races allaitantes françaises, que ce soit en haché ou en fond de rayon. » D’autant plus que les abattoirs ne peuvent pas compter sur les femelles laitières pour faire tourner les outils.

Sur la même période, les abattages de vaches laitières ont en effet chuté de 4 % sur un an et de 6 % par rapport à 2019. D’une part, le cheptel laitier diminue structurellement. Mais surtout, « c’est un été atypique, avec une bonne météo et des disponibilités fourragères correctes, de bonnes perspectives pour le maïs, les éleveurs n’ont pas d’incitation à réformer », estime l’économiste. D’autant plus que la conjoncture laitière est robuste.

Une demande de la restauration commerciale

À 3,25 euros le kilogramme, la vache « lait O » se situait ainsi, en semaine 33, 13 % au-dessus de son niveau de l’an dernier et 2,5 % au-dessus de son précédent record de 2015. La demande est de son côté au rendez-vous, que ce soit du fait des besoins liés à la rentrée, mais aussi du fait de la renationalisation d’une partie de l’approvisionnement de la restauration hors domicile. « Certaines chaînes de restauration commerciale, comme Buffalo Grill, sont passées au VBF. Elles cherchent des pièces d’animaux laitiers, plus petites, ce qui amplifie le déséquilibre », constate Caroline Monniot.

Très dynamique en jeunes bovins

Du côté des jeunes bovins, l’activité est très tonique. « Les sorties sont très dynamiques, quand on les compare au modèle qui tient compte des effectifs en ferme, on constate que nous sommes en avance, explique Caroline Monniot. Cela se voit aussi dans les âges et poids moyens, qui baissent. Un jeune bovin est abattu à 10 jours de moins que l’an dernier, en ce moment. » Le marché européen, allégé, est dynamique. Les prix ont monté tout l’été en Allemagne, la situation s’est largement améliorée en Italie et en Grèce.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Manifestation à Plérin
Des éleveurs manifestent à Plérin contre la baisse du prix du porc

Des éleveurs de porc, dont certains membres du mouvement les "bonnets roses", ont manifesté leur mécontentement devant les…

Anne-Catherine Loisier, sénatrice Union centriste de Côte-d’or, et rapporteure de la proposition de loi du député Besson-Moreau pour la commission des Affaires économiques du Sénat.
[Egalim 2] Les sénateurs émettent de sérieux doutes sur l’efficacité de la loi
La commission des Affaires économiques du Sénat a complété la proposition de loi du député Grégory Besson-Moreau, en intégrant…
Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio