Aller au contenu principal

Prêts à travailler pour la restauration collective parisienne ?

Présente aux assises du commerce équitable, Audrey Pulvar, adjointe à la Mairie de Paris,, a redonné les objectifs en terme de restauration collective : des produits 100% durables d’ici à 2027 et venant d’un rayon de 250 km autour de la capitale. La Ville, toujours à la recherche de producteurs pour atteindre ses objectifs, a rejoint l’association AgriParis Seine créée en juillet.

La commune a rejoint l'association AgriParis Seine pour soutenir les filières bio et durables.
Audrey Pulvar (au centre) a rappelé les objectifs de la Mairie de Paris en terme de restauration collective d'ici 2027.
© K.BERTIN

Le 21 novembre 2023, la journaliste Audrey Pulvar, désormais adjointe à la Mairie de Paris, en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits courts participait aux assises du commerce équitable à Paris. 

Invitée à s’exprimer au court d’une table ronde intitulée : « Quels leviers publics et privés pour transformer nos modes de consommation ? », l’élue est revenue sur le plan ambitieux de la mairie de Paris de rendre la nourriture de sa restauration collective plus durable et plus écologique. Une gageure quand on sait que chaque année, 30 millions de repas sont servis dans les cantines municipales parisiennes.  

Lire aussi : Toutes les données pour intégrer des circuits courts

100% durable et 100% produits de saison d'ici à 2027

«La restauration collective permet des choix politiques. Notre plan 2022-2027 a fixé des objectifs précis. D’ici à 2027, il faudra que la nourriture soit 100% durable, 100% produits de saison, 75% issue de produits bio et 50% de ces denrées devront être produites à moins de 250 km de Paris. Nous avons fait le choix de soutenir les filières locales afin de permettre à tous l'accès à une nourriture saine », rappelle Audrey Pulvar.

Lire aussi : Alimentation et climat : l’appel à projets change d’échelle

AgriParis Seine, une association pour soutenir les filières bio et durables locales

Pour accompagner cette transition, la Mairie de Paris fait partie de l’association AgriParis Seine, lancée en juillet 2023. Cette dernière regroupe six collectivités en plus de Paris  (Communauté urbaine Le Havre Seine Métropole, Département de Seine-Saint-Denis, Métropole de Rouen Normandie, Métropole du Grand Paris, PETR du nord de l’Yonne et Eau de Paris). 

Ses missions principales sont de réduire l'impact de la production alimentaire sur l'environnement, soutenir les filières bio et durables par la demande, et donc d'assurer aux à ces producteurs des débouchés pour les restaurations collectives. L’association peut ainsi accompagner ses membres dans leur réponse à des appels à projet. AgriParis Seine voulant également cartographier et analyser l'offre et la demande, les producteurs en bio et en circuit courts, intéressés et présents sur ces territoires peuvent se faire connaître.

La politique de la Maire de Paris entre en résonance avec notre action

Une idée qui a séduit Florent Dalmasso, directeur de l’association Agricourt à Eurre dans la Drôme. «La politique de la Mairie de Paris vers les produits locaux est en résonance avec notre action. Nous représentons les producteurs de notre territoire qui en matière de marchés publics pour la restauration collective doivent ferrailler avec des grands noms nationaux et internationaux très compétitifs en terme de prix. La loi Egalim permet désormais à nos agriculteurs de fournir 40% de la nourriture servie dans les collèges de la Drôme. » 

Demain la notion de «produits locaux» dans les marchés publics ?

Pour Florent Delmasso, la Mairie de Paris peut jouer le rôle de précurseur dans ses futurs marchés publics. « Pour l’instant, il est interdit de mentionner l’exigence de produits locaux dans un marché. L’initiative de la Ville de Paris va peut-être nous permettre de gagner ce droit. »

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

camion citerne de collecte dulait
Collecte laitière : les 5 chiffres à retenir de 2023

La collecte de lait de vache a reculé en France en 2023, tout comme les fabrications de produits laitiers.

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio