Aller au contenu principal

Volailles
Poulet : une croissance revue à la baisse face au Covid-19

La croissance du marché de la viande de poulet se voit enrayée par la crise ; l’USDA revoit à la baisse ses prévisions d’évolution de la production, de la consommation et des échanges européens en 2020.

Prévision de l'évolution du marché européen de viande de poulet en 2020

Le marché européen du poulet est touché de plein fouet par la crise du coronavirus. Avec la pandémie qui ralentit le commerce ces dernières semaines, le département américain de l’Agriculture (USDA) a revu à la baisse ses prévisions de croissance économique pour la viande de poulet en 2020. Ainsi, les chiffres des exportations européennes de poulets sont révisés à la baisse de 9,9 % à 1,5 million de tonnes. Les perturbations du transport maritime ont lourdement ralenti les échanges commerciaux, du moins à court terme. La consommation domestique devrait également pâtir. L’USDA revoit la consommation de poulet dans l’UE à la baisse de 4,4 % à 11,2 millions de tonnes en 2020. La fermeture généralisée des restaurants et des services de restauration ainsi que la morosité du secteur touristique auront freiné la consommation de certaines découpes plus que d’autres, créant un déséquilibre. La réaction de l’amont de la filière face à cette crise aura sans doute des répercussions sur l’offre à l’avenir.

La production de l’UE se repliera davantage

L’évolution de la production de viande de poulet dans l’Union européenne est également revue à la baisse (-5 %) à 11,9 millions de tonnes. D’autant plus que la propagation de la grippe aviaire, notamment en Pologne, le premier producteur européen de poulet, devrait davantage limiter l’offre. Toutefois, à l’échelle mondiale, la production resterait 1 % supérieure à celle de 2019, portée par une consommation mondiale toujours au rendez-vous, notamment en Chine touchée par la PPA et dont la consommation de poulet progresserait de 14 % sur un an. La viande de poulet étant moins chère que d’autres protéines animales et culturellement plus acceptable dans la plupart des pays, elle devrait être plus résistante face aux turbulences économiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Volaille : hausse des achats au 1er semestre pour toutes les espèces sauf la pintade

Le premier semestre 2020 a été porteur pour les viandes et préparations de volailles à en croire les derniers relevés de…

Evolution de la cotation de la dinde en Pologne
Un marché européen bouleversé par le coronavirus
La filière européenne de la dinde, frappée de plein fouet par la crise actuelle, a subi des dégradations de tarifs marquées…
Lapins : vers encore moins de disponibilités en 2020

Les vagues de chaleur en juillet et août auront impacté la production de lapins en France. Selon les opérateurs du…

 © Pascal le douarin
Volaille : baisse des coûts de l’aliment en juillet

Le repli des cours céréales et des oléagineux lissés sur trois mois en juillet 2020 s’est traduit par la baisse du coût…

 © CNPO
Œufs : l’effet rentrée se fait sentir

Calibré : le commerce de l’œuf calibré a gagné en fluidité en milieu de semaine, soutenu par le réveil…

 © CNPO
Œufs : un effet rentrée un peu plus sensible

Calibré : L’effet rentrée semblait plus marqué en milieu de semaine. Détaillants, grossistes et centres…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio