Aller au contenu principal

Viande
Porc : une année remplie d’incertitudes

Les conséquences de la propagation de la Covid-19 et de l’épizootie de la peste porcine africaine auront bien marqué les esprits de toute la filière porcine en 2020. À quoi peut-on s’attendre en 2021 ?

Evolution du cours du porc à Plérin

Le prix moyen du porc breton au cours de l’année 2020 s’élève à 1,39 euro, en baisse de 7,1 % sur un an. Si le cours s’est maintenu à un haut niveau au premier trimestre 2020, il a toutefois perdu 27,6 centimes en 6 mois à partir de la période du premier confinement en mars. La timide reprise de fin d’été a vite été balayée après l’apparition de la peste porcine africaine (PPA) en Allemagne, suivie de la seconde vague de la Covid-19. En fin d’année et au début de cette nouvelle année 2021, le cours à Plérin retrouve une certaine stabilité, conséquence notamment de la hausse de la demande pendant les festivités. Malgré les débouchés limités en restauration hors domicile, les traditionnelles opérations de promotions, notamment en grande distribution en ce début de mois de janvier, stimulent la demande, d’autant plus que les volumes engagés en 2021 sont très importants.

Hausse des coûts

Si la stabilité est actuellement de mise sur le marché du porc breton, c’est aussi surtout grâce à l’appétit du géant chinois, et ce, d’autant plus depuis que l’Allemagne a été interdite d’exporter vers le premier consommateur de porc dans le monde. Reste que la hausse des coûts des matières premières continue de peser lourd sur l’amont tandis que l’aval voit ses débouchés perturbés par la crise sanitaire de la Covid-19. Plusieurs autres incertitudes demeurent : les exportations européennes vers la Chine resteront-elles élevées notamment avec la propagation de la PPA en Europe et la reconstruction du cheptel chinois, quelles seront les conséquences du Brexit ? Pourrons-nous faire face à la concurrence notamment des États-Unis et du Brésil en 2021 ? Des inconnues qui pourraient entraîner un potentiel repli de la production dans le nord de l’Europe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

A l'instar du coronavirus, la PPA provoque le chaos sur la scène internationale. © Vyashini Chokupermal
Peste porcine africaine : une crise socio-économique et géopolitique d’envergure mondiale
Brutalement arrivée en Chine en 2018, la peste porcine africaine, prédécesseur de la Covid-19, s’est rapidement propagée,…
 © VP
Viande de boucherie : hausse de 5,8 % des achats en 2020

Les achats des ménages de viandes de boucherie fraîches ont bondi de 5,8 % en 2020, par rapport à 2019, selon les données…

 © S.Bourgeois-archives
Jeunes bovins : le surstock lié à la crise est résorbé

Les prix des jeunes bovins restent à des niveaux très bas pour la période, mais tendent à se stabiliser. En effet,…

Porc : le prix de l’aliment revu à la hausse en janvier 2021

Face à la hausse généralisée des prix des matières premières, l’institut du porc (l’Ifip) a actualisé ses prévisions du…

 © VP
Cheptel : 18,168 millions de bovins en France

Le cheptel bovin de la France au 1er janvier 2021 était estimé à 18,168 millions de têtes par FranceAgriMer,…

 © AMI
Belle progression du marché de la volaille et de la viande rouge bio en Allemagne

« Le marché du bio en Allemagne a progressé de façon fulgurante en 2020 », a déclaré Diana Schaack, analyste de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio