Aller au contenu principal

Plus de déclassements en laits de chèvre et brebis qu'en lait de vache bio

En 2023, 750 exploitations produisent du lait bio de brebis et 1 200 exploitations du lait bio de chèvre. Nombreuses sont celles qui transforment ce lait. Leurs produits fermiers sont durement touchés par la crise du bio.

La production biologique de lait de brebis concerne près de 750 exploitations, dont 63 % transforment à la ferme. L’Aveyron et les Pyrénées-Atlantiques arrivent en tête en nombre d’exploitations (respectivement 200 et 80). Après des années d’une hausse continue (12 millions de tonnes en 2013, 24,5 Mt en 2017, 33,5 Mt en 2022), la collecte de lait de brebis biologique a connu une baisse de 1,4 % au premier semestre 2023. L’Occitanie, leader aussi sur ce segment, marque le pas, enregistrant -1,5 % cette année. Si la Nouvelle-Aquitaine fait exception en progressant de 9,1 %, ses volumes sont faibles (740 000 t).

Environ 10 % des chèvres laitières françaises sont dans les 1 200 élevages certifiés bio. La majeure partie de ces élevages caprins sont des transformateurs à la ferme. La collecte française de lait de chèvre bio représente un peu plus de 3 % de la collecte nationale de lait de chèvre, à 17 millions de litres, et la fabrication de fromages de chèvre bio en laiterie représente autour de 2 000 tonnes. C’est la Drôme qui abrite le plus grand cheptel caprin bio (5 927 chèvres certifiées en 2022), mais elle est en passe de se faire dépasser par le Maine-et-Loire, où les conversions sont nombreuses (1 723 animaux, qui s’ajouteront aux 5 798 chèvres certifiées). Suivent la Loire-Atlantique, où la aussi les conversions sont dynamiques, et la Dordogne.

Un retour au conventionnel

Dans le panel de la transformation de lait bio, l’effet de la crise est plus fort sur les produits au lait de chèvre et au lait de brebis que sur leurs équivalents au lait de vache, même si les fromages frais de brebis, de type feta, progressent comme en conventionnel. L’Institut de l’élevage faisait un bilan morose des fabrications de l’an dernier. Les fromages frais et l’ultra-frais chutaient, faute de demande, malgré une collecte qui s’est maintenue, ce qui s’est traduit par des déclassements et du lait valorisé en conventionnel.

Les éleveurs caprins font le même constat. Au début de l’été, dans un communiqué, Chevriers de Nouvelle-Aquitaine et Vendée, la Confédération paysanne, la Coordination rurale et Bio Nouvelle-Aquitaine alertaient sur la situation fragile de la filière caprine locale. Les déclassements continuent. Pour les éleveurs, la tentation de la déconversion est là, notamment car le prix du lait bio stagne alors qu’ils sont aussi touchés par l’inflation.

Des achats des ménages mal orientés

Les achats des ménages, rapportés par FranceAgriMer d’après Kantar, pour leur consommation à domicile ont reculé de 14,3 % au premier semestre 2023 pour les fromages de chèvre bio, contre un maintien (+0,7 %) pour l’équivalent conventionnel. Si ce panel indique une progression des achats de fromages de brebis bio (+12 %) cette hausse est à nuancer puisque cette catégorie ne représente que 0,1 % des achats de fromages, les variations concernent donc, d’une part, des faibles volumes et, d’autre part, peuvent s’expliquer par un changement de panel.

Découvrir les articles qui composent ce dossier :

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

camion de collecte de lait en laiteries
Lait : 4 raisons d’attendre une reprise de la collecte en 2024

Après avoir reculé en 2023, la collecte de lait de vache conventionnel en France pourrait se reprendre en 2024.

Viande : Où sont les abattoirs menacés de fermeture en France, et pourquoi ?

Une douzaine d’abattoirs ferment chaque année, et la tension se renforce entre décapitalisation et hausse des charges,…

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Emmanuel Macron, lors de sa visite du salon, discutant avec différents syndicalistes agricoles
Prix plancher des produits agricoles : 6 questions sur leur possibilité

Emmanuel Macron au salon de l'agriculture 2024 a annoncé la mise en place rapidement de prix planchers dans les filières…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio