Aller au contenu principal

Céréales
Petite hausse des cours du blé tendre

La demande internationale s’est manifestée, avec notamment un achat égyptien de 60 000 tonnes de blé français. Néanmoins, la concurrence internationale reste rude.

Période du 1er au 8 octobre. Les prix du blé tendre se sont quelque peu raffermis d’une semaine sur l’autre sur Euronext, conséquence d’un intérêt des acheteurs internationaux, pour des origines UE notamment. À titre illustratif, signalons l’achat égyptien le 2 octobre de 60 000 tonnes d’origine française de 219,35 $/t Caf (chargement du 5 au 15 novembre). Le Maroc a annoncé l’importation de 576 000 t de blé meunier européen à droits réduits, livraison le 31 janvier 2020. Autres éléments haussiers : la sécheresse en Australie et en Argentine, et les pluies qui altèrent la qualité des lots au Canada. Néanmoins, la concurrence internationale reste forte, avec des Ukrainiens et des Russes présents. Les traders ukrainiens et le gouvernement local se sont accordés pour ne pas mettre d’objectif d’exportation, et se réuniront chaque mois pour faire le point. Le résultat de l’appel d’offres égyptien lancé le 7 octobre, chargement 10-20 novembre, sera à suivre avec attention.

En France, les primes portuaires ont un peu progressé (Rouen et Dunkerque), compte tenu d’une activité assez rythmée. En revanche, les échanges sont moins denses sur La Pallice, en raison d’une qualité des lots moins bonne. Sur l’intérieur, l’intérêt des meuniers se manifeste un peu dans le Centre et l’Est, mais c’est surtout dans le Sud que des achats sont rapportés. Les fabricants d’aliments sont de leur côté assez absents. L’offre est disponible, ne les incitant pas à se presser.

Récoltes hexagonales de maïs pour le moment décevantes

Les cotations de l’orge fourragère ont également progressé, conséquence d’une bonne demande portuaire. En revanche, le marché intérieur est beaucoup plus calme, faute d’intérêt marqué de la nutrition animale. En maïs, les prix n’ont pas connu d’évolution majeure. La récolte française est en cours, et donnerait des résultats plutôt décevants pour le moment, d’après les échos du marché. Les Belges sont demandeurs, mais le retard de la moisson hexagonale rend l’offre peu disponible. Aux États-Unis, le froid et la pluie retardent également les moissons. Le rapport de l’USDA du 10 octobre sera à suivre avec attention, sachant que le marché s’attend à une révision à la baisse des rendements et des stocks états-uniens. Mais les Ukrainiens et les Brésiliens sont compétitifs, limitant la hausse des prix.

Signalons que selon plusieurs médias américains, le président Donald Trump mettrait en place un nouveau plan biocarburant plus favorable aux agriculteurs qu’aux pétroliers. Reste à savoir si cela se traduira dans les faits.

Les plus lus

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

bouverie en abattoir
Vidéo L214 chez Bigard : le ministère remet le contrôle vidéo en abattoir sur la table

L214 a diffusé une enquête filmée dans l’abattoir Bigard de Venarey-les-Laumes (Côte d’Or), lors d’abattages halal. Le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio