Aller au contenu principal

Bien-être animal
Fin du broyage des poussins mâles : qui paiera l'ovosexage ? qui sera dispensé ?

Toute une organisation est mise en place dans la filière œuf pour abolir le broyage des poussins mâles. Elle s’est dessinée à la journée d’information professionnelle du CNPO, ce 10 novembre à Paris.

 

Oeufs à couver. Les poules pondant des oeufs destinés à la grande consommation seront issues d'ovosexage en 2023.
© PLD

Un décret paru le 5 février abolit le broyage des poussins mâles sortant des couvoirs livrant les éleveurs de poules pondeuses.

Le comité interprofessionnel de la filière œufs, CNPO, a depuis travaillé avec les services de l’Etat pour mettre en place des solutions alternatives.

A la journée d'information de l’interprofession, le 9 novembre à Paris, le président du CNPO Yves-Marie Beaudet a annoncé au ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire Marc Fesneau que l’échéance du 1er janvier 2023 serait tenue, moyennant un décret d’application encore attendu. Voilà comment a priori :

  • Tous les œufs de poules colorées pondant les œufs destinés à la grande consommation passeront à un test d’ovosexage afin d’écarter ceux qui donneraient un poussin mâle. D’après un sélectionneur-accouveur que nous avons interrogé, trois sortes d’équipements (et méthodes assorties), dont une en cours d’évaluation, permettent de déterminer le sexe. Les machines (comme les IRM) sont généralement mises à disposition des couvoirs par les constructeurs. Mais les couvoirs doivent être réaménagés et étendus, et disposer de personnel supplémentaire. FranceAgriMer a accompagné cette transition à hauteur de 10,5 millions d’euros.
  • Les dérogations devraient porter sur les œufs blancs destinés à être transformés, pour une raison de compétition européenne, ainsi que les œufs de poules très rustiques d’élevages ruraux (mais pas les labels, assure le CNPO). Les poussins mâles concernés seront tués dans un caisson saturé de gaz carbonique CO2 et congelés. Pour l’heure seuls les couvoirs Lohman ont ce procédé. D’autres vont s’équiper, tenant compte de la nécessité de disposer d’un certain volume pour utiliser les caissons, selon le syndicat de l’accouvage. Le volume global attendu (de poussins d’œufs blancs et rustiques et issus d’erreurs d’ovosexage) correspond, selon le CNPO, au besoin des établissements élevant des animaux carnivores (lions et crocodiles des zoos, vautours, etc.) et sans doute aussi des fabricants d’aliments pour carnivores domestiques.

Les surcoûts engendrés dans les couvoirs pratiquant l’ovosexage sont estimés, en première approche, entre 1 et 3 euros par poule reproductrice. Ce montant sera évalué au cours d’un suivi par FranceAgriMer. Ce sont les distributeurs qui supporteront la plus importante part de ce surcoût, à travers une cotisation basée sur le plus bas surcoût, selon un accord interprofessionnel. Celle-ci est fixée dans un premier temps à 0,59 centimes d’euros par œuf. Le budget estimé est de 50 millions d’euros. Le CNPO attend une extension rendant cette cotisation obligatoire.

Aujourd’hui en Allemagne et en Espagne

La CNPO attend que le broyage des poussins soit aboli dans l’ensemble des pays européens. Aujourd’hui c’est le cas depuis un an en Allemagne, par ovosexage, ce qui engendre des difficultés pour la filière, de même qu’aux Pays-Bas pour les poulettes livrées en Allemagne. En Espagne la mise à l’écart se fait au CO2.

Toutes les actualités de la filière oeuf, ici

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio