Aller au contenu principal

Distribution
Lidl : « nous préférons nous priver de belles marques »

Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing de Lidl France, ne croyant pas à la théorie du ruissellement, oblige les industriels à une forme de transparence en leur faisant cosigner un communiqué.

Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing de Lidl France. © DR
Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing de Lidl France.
© DR

Les Marchés Hebdo : On arrive en année 2 de la loi Egalim, pensez-vous toujours que la théorie du ruissellement ne fonctionne pas ?

Michel Biero : Cela ne marchera jamais. Les seules choses qui sortent ce sont les communiqués de presse où l’on réévalue les prix du lait. Et aucun d’entre eux ne parle d’un prix de base et d’un volume, à l’exception du nôtre avec Sodiaal : 232 millions de litres revalorisés de 9 euros les 1 000 litres par rapport à l’an dernier.

LMH : Quelles garanties vous a données Sodiaal ?

M. B. : Je n’ai aucune garantie, si ce n’est le communiqué signé conjointement. J’oblige les industriels à signer un communiqué pour que la revalorisation soit transparente pour les producteurs. Sinon, on ne fait pas d’accord. C’est pour ça que nous allons arrêter de travailler avec Danone le 1er mars. L’an dernier, nous étions passés par le médiateur de la République. Nous préférons nous priver de belles marques, mais nous en avons assez d’entendre que ce sont les distributeurs les méchants. La loi Egalim ne peut fonctionner que si les uns et les autres jouent la transparence.

LMH : Allez-vous signer d’autres accords sur le lait ?

M. B. : Nous sommes en bonne voie pour en signer d’autres.

LMH : Et en dehors du lait ?

M. B. : Non, et c’est bien là le problème. On n’en verra pas cette année sur le porc. Le prix du porc est aujourd’hui élevé même si on sait que ça ne va pas durer. Sur le bœuf, les industriels ne veulent pas signer. Nous avons revalorisé les prix du bœuf et du porc, mais on ne sait pas ce qui est retombé dans la poche de l’éleveur. Le seul moyen pour que cette loi fonctionne, c’est de signer de vrais contrats tripartites où le prix est fixé par l’éleveur.

Les contrats tripartites couvrent nos 1 500 magasins en porc, lait et bœuf

LMH : En avez-vous signé de nouveaux récemment ?

M. B. : Nous avons signé le Ch’ti bœuf en charolais avec Elvea et Cobeval et le charolais label Rouge dans le Sud-Ouest avec Sicarev et Elivia. Aujourd’hui, les contrats tripartites couvrent nos 1 500 magasins en porc, lait et bœuf, nous sommes dans notre objectif. On va regarder les demandes qui nous arrivent et puis il faudra faire des arbitrages. Et d’ici à la fin d’année, on va développer de la PLV, car aujourd’hui, on ne voit pas assez les tripartites en rayon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Le lait fait les frais du « bio à tout prix », selon la FRSEA des Pays de la Loire
Le syndicat agricole des Pays de la Loire déplore le début des baisses de prix du lait bio. Il accuse les entreprises et…
Des abattoirs français, espagnols, autrichiens et néerlandais déréférencés par la Chine
L'Ifip informe que certains abattoirs européens ont perdu leur agrément pour exporter vers la Chine.
Inflation générale et pénuries pour les fabricants d’aliments d’élevage
Le Snia, syndicat des fabricants d’aliments composés, annonce des hausses inévitables de l’alimentation animale et signale le…
Veau de boucherie : les prix ont résisté à l’été

Les cours des veaux de boucherie ne se sont pas effondrés cet été, contrairement aux deux années précédentes. Cette…

Lactalis a réalisé 23 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour les produits laitiers en 2020.
Le français Lactalis devient numéro 1 mondial du lait
Le chiffre d’affaires pour les produits laitiers de Lactalis a dépassé pour la première fois en 2021 celui de Nestlé, selon un…
Christophe Fénart, président-directeur général de Nutridry. © Nutridry
[Mis à jour] Nutridry rachète la société Mada Foodservice
Comme nous l'annoncions en juin dernier, Nutridry a acquis Mada Foodservice, la troisième opération depuis la création du groupe…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio