Aller au contenu principal

Marchés hésitants malgré la forte activité à l'export

Conditions climatiques préoccupantes aux États-Unis et dans le bassin de la mer Noire, météo changeante en Amérique du Sud et troubles politiques en Ukraine expliquent l'instabilité des cours sur le marché céréalier.

Période du 23 au 28 janvier. Depuis notre dernier commentaire, le marché céréalier s'est montré hésitant, avec des cours instables. Cette instabilité trouve sa justification dans divers facteurs : conditions climatiques préoccupantes aux États-Unis et dans le bassin de production mer Noire avec des répercussions logistiques immédiates, aggravation de la situation politique en Ukraine entraînant une chute de la monnaie locale (une orientation que partagent les monnaies de divers pays émergents et qui provoque une hausse de l'euro), conditions météorologiques changeantes en Amérique du Sud. Tout ceci contribue à chahuter les fondamentaux qui restent pourtant solides, avec une demande mondiale toujours active. Elle se traduit pour le marché européen du blé, par la délivrance de certificats d'exportations considérable qui porte à 16,7 millions de tonnes (Mt) le total des certificats délivrés depuis le début de la campagne, soit 6 Mt de plus que l'an dernier à la même date. En ce qui concerne la France, les chargements de blé dans les ports, essentiellement à destination des pays tiers (Algérie, Maroc, Afrique noire) ont atteint pour la période du 17 au 22 janvier, 297 300 t à Rouen, 117 700 à Dunkerque, 99 400 à La Pal-lice. Les cours ont repris 2 € en une semaine sur Euronext et, en France, les primes restent fermes sur le physique.

Maïs : peu d'intérêt des fabricants d'aliments

Une demande plus soutenue en orge, en portuaire, a redonné un peu de vigueur aux cours, cotés en début de semaine à 167 euros en rendu Rouen. La situation du marché du maïs reste indécise. Les prix attractifs actuels, en raison de ceux trop élevés du blé fourrager, devraient provoquer plus d'intérêt auprès des fabricants d'aliments du bétail (fab). Mais compte tenu de la médiocre activité des usines de fabrication d'aliments composés (-4,5 % en novembre), les industriels ne manifestent qu'un intérêt modéré.

Les prix français, malgré une réduction de l'écart avec les prix ukrainiens, nous ferment toujours les portes du débouché communautaire, en particulier la péninsule Ibérique. Et ce, d'autant plus que le marché communautaire bénéficie maintenant, outre l'Ukraine, d'un fournisseur avantageux auprès des États-Unis qui trouvent vers la vieille Europe un exutoire aux infidélités de leur client chinois. Les certificats d'importation, délivrés dans l'UE depuis juillet, atteignaient 6,74 Mt le 22 janvier, contre 6,36 Mt l'an dernier, même date. Les prix se sont cependant consolidés sur la base de 177 €, fob Rhin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
Hausse des cours du blé tendre sur un marché intérieur très calme
La demande internationale en blé, actuellement très active, apporte du soutien aux cours. L’activité reste très limitée sur le…
Difficultés à l’export du blé français, malgré une demande mondiale active

Alors qu’ils étaient globalement baissiers depuis mi-juillet, les cours mondiaux du blé ont rebondi mi-août, sous l’…

Evolution des cours des principales céréales
Progression des cours du blé tendre et du maïs
L’activité est assez limitée, notamment à l’exportation, pour laquelle les céréales à paille sont peu compétitives et peu…
Chicago : le soja au-dessus des 10 dollars

Le cours du principal contrat de soja échangé à Chicago a dépassé le seuil des 10 $ mercredi à la clôture, porté par des…

Le café coule avec des mouvements spéculatifs et une demande en berne

Les cours du café ont cédé du terrain cette semaine, pénalisés par des mouvements spéculatifs et dans un marché toujours…

 © D. Lucas
Euronext : le blé recule, après avoir atteint des seuils de prix symboliques

L’activité était très faible sur les marchés européens hier, privés du soutien de la Bourse de Chicago, fermée pour cause…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio