Aller au contenu principal

Moins de problèmes d’approvisionnement
[Corrigé] Manque de demande sur le marché de la viande bovine

Alors que l'inflation restreint les budgets, les consommateurs sont peu aux achats pour la viande bovine.

Manque de demande sur le marché de la viande bovine
© Virginie Pinson

Corrigé le 11/07 à 14h45. Précédemment était écrit " les opérateurs de l’amont rapportent voir leurs stocks augmenter", au lieu de " les opérateurs de l’aval rapportent voir leurs stocks augmenter". Merci à nos lecteurs, Interbev en particulier, de leur vigilance.

Changement complet de ton sur le marché des gros bovins ces derniers jours. Alors que le manque d’offre donnait le la depuis le début de l’année, c’est dorénavant la faiblesse de la demande qui déséquilibre le marché. Les ventes sont décevantes et le commerce jugé particulièrement terne pour la saison. A cette période, les ventes des avants de bovins reculent mais le relai n’est pas pris correctement par les arrières. Alors que les prix au détail ont progressé, les consommateurs limitent leurs achats de morceaux à griller et les opérateurs de l’aval rapportent voir leurs stocks de pièces augmenter. Ce qui est problématique car même si les prix au détail ont déjà fortement augmenté, de nouvelles revalorisations sont nécessaires. Avec les fortes chaleurs attendues ces prochains jours, aucune amélioration de la demande n'est anticipée.

Pour l’heure, les prix des gros bovins restent stables en toute catégorie. Les abattoirs n'ont pas intérêt à donner un mauvais signal à l'amont alors que structurellement l'offre diminue.

Le marché du jeune bovin est néanmoins sous forte tension, nos exportations étant limitées et concurrencées par les viandes allemandes et polonaises, plus compétitives. En laitière, l’offre remonte. Dans le même temps, les abattoirs manquent de main d’œuvre, que ce soit à cause du Covid ou de la difficulté à recruter des remplaçants pour les congés. Conjugué au manque de demande, ils ne sont donc pas aux achats.

Ce tassement du marché des gros bovins semble bien n'être que conjoncturel, lié au calendrier et la météo, tandis que les grands facteurs structurels (offre en forte baisse en France comme en Europe) n'évoluent pas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les abattages de vaches reculent depuis 2016.
(Mis à jour) Les cotations Gros Bovins Entrée Abattoir évoluent
Un arrêté visant à faire évoluer les cotations des Gros Bovins Entrée Abattoir vient d’être publié au JORF.
Inflation-Egalim 2 : les 4 enseignements principaux du rapport du Sénat
Dans un rapport publié le 19 juillet, la commission des Affaires économiques du Sénat n’a pas constaté de « phénomène massif de…
[Guerre Ukraine Russie] Quels pays limitent leurs exportations agricoles ?
Plusieurs pays ont mis en place des embargos temporaires sur l’exportation de certains produits agricole dans un contexte de…
La FNSEA appelle la distribution à augmenter le prix du lait
Sur Franceinfo, Christiane Lambert a appelé la distribution à augmenter les prix du lait. Elle a aussi rappelé que la sécheresse…
Preview image for the video "Bienvenue chez Le Gaulois".
Pourquoi L214 s’attaque de nouveau à la marque Le Gaulois de LDC
L’association antispéciste s’attaque de nouveau à l’entreprise bretonne pour l’inciter à signer le European Chicken Commitment.
SVA Jean Rozé arrête l’abattage rituel
Depuis le 1er juillet, la filiale d’Agromousquetaires SVA Jean Rozé a arrêté les abattages rituels, qui concernaient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio